Tokyo 2 - le retour

Retour au point de départ...

Il est environ 16h lorsque nous arrivons à Tokyo, nous avons passé la journée dans les transports entre Aomori et la capitale nippone.

 

Nous avons pris quartier dans l'arrondissement d'Ôta. Ce n'est pas le plus beau quartier mais cela nous fait faire quelques économies puisque nous payons cette chambre environ 40 € par nuit petit déjeuner inclus (ce qui n'est pas toujours le cas au Japon). Nous pouvons également poser nos gros sacs pour les 4 prochains jours pour visiter Tokyo. Cette ville est vraiment immense et il y a plein de choses à y voir...

 

Akihabara : la Mecque des geeks

Akhiabara, surnommée la ville électronique, pour sa concentration de magasins vendant toutes sortes de produits ménager, multimédia et mangas, à des prix très intéressants. Un endroit très animé et très fréquenté. Des lumières clignotantes partout, des successions de magasins présentant un choix incroyable de produits, des plateformes de jeux d'arcade, des façades immeubles diffusant des publicités...

Je teste mon niveau arcade contre un local... qui me rouste en bonne et due forme.

Je me rattrape dans des toilettes de la salle d'arcade : un écran placé face à vous, messieurs, sur lequel apparaît une infirmière tenant une seringue. Au fur et à mesure que vous vous délestez de votre urine, la seringue se rempli et selon le niveau atteint, l'infirmière vous offre le plaisir d'ouvrir sa blouse pour vous laisser y distinguer subtilement son énorme poitrine. Autant vous dire qu'une vessie européenne explose les quotas japonais, le high score n'était pas loin...

 

Dans les rues, nous croisons beaucoup de "rabatteuses" (les maids) affublées de leurs uniformes de domestiques.

Emilie m'ayant abandonné pour un endroit plus calme du quartier, je me sens comme un Nicky Larson. Mais l'ombre du marteau me guette...

De toute façon ma mission est de trouver un pc portable pas cher pour maintenir le site à jour. Dans Akihabara on peut trouver des PC d'occasion en bon état.

 

 

Harajuku, Taproom et verdure

Ce quartier là est connu pour être très fréquenté par les cosplay ( personnes déguisées en personnage de manga) et autres personnes aux tenues très excentriques. Nous y avons rendez -vous avec Nicolas, le français rencontré au temple de Koyasan, pour passer la soirée ensemble.

 

Il nous entraîne dans un Taproom, sorte de bar à Tapas où l'on peut boire des bières IPA (très bonnes étant donné l'état de "fatigue" en rentrant) accompagnées de mets japonais. Nous apprécions beaucoup des haricots justement assaisonnés dont le principe est de ne manger que les graines qui sont a l'intérieur, des beignets de légumes, des panés de poulet et fromage, des sushis...

Rien de comparable à ce que nous avons pu goûter jusqu'à maintenant. Nous passons une excellente soirée ! Nicolas aura même la gentillesse de nous proposer des idées de balade et de visites à Tokyo.

 

Nous ne voyons pas le temps passer ! Il est presque minuit et nous ne savons pas jusqu'à quelle heure les trains circulent jusqu'à notre hôtel ! Nous partons un peu précipitamment et nous nous séparons à la gare. Ouf, le train est bien là... Mais il restera en stand by 1 h à cause d'un suicide (le Japon est dans le top 5 mondial des mort par suicide)

Nous raterons notre changement pour l'hotel à la gare de Shinagawa.

Motivés, et accessoirement, les tarifs des taxis étant élevés, nous décidons de finir le chemin à pieds. De plus, le plan indique approximativement 3km, vu les kilomètres que l'on fait chaque jour depuis notre arrivée, cela ne nous fait pas peur ! Et cela sera l'occasion de découvrir un bout de Tokyo by night ! Et nous l'aurons bien découvert... Les 3 km indiqués par le plan étaient en fait à vol d'oiseau, nous avons finalement marché plus de 6km, et sommes arrivés à l'hôtel vers 3 heures du matin.... Ce sont les aléas du voyage !!

Cela nous aura tout de même permis de voir que le Japon est vraiment un endroit sur. Nous avons croisé pas mal de personnes, souvent seules, des jeunes, des moins jeunes, des femmes... C'est plutôt rassurant !

 

Nous décidons de retourner à Harajuku pour aller se promener dans le parc Yoyogi.

 

C'est un parc immense, le plus vaste de la megalopole, dans lequel se trouve le sanctuaire Meiji Jingu. Du haut de ses 100 000 arbres (si si!), c'est un endroit très apprécié des Tokyoites. Nous avons la surprise d'y trouver une quarantaine de tonneaux de vins de Bourgogne avec un panneau donnant cette explication "Les tonneaux exposés à Meiji-Jingū ont été offerts par de célèbres vignobles de Bourgogne à l'initiative De Mr Yasuhiko Sata, citoyen honorifique de Bourgogne et propriétaire du Château de Chailly Hotel-Golf. Le peuple japonais est très reconnaissant aux viticulteurs qui ont si généreusement contribué par ce précieux cadeau à faire perdurer ici l'esprit de paix , avec l'espoir profond que la France et le Japon continuent de faire fructifier leur amitié pendant de longues années à venir ."

 

 

Il y a de nombreux promeneurs et parmi eux... (Ce qui va suivre n'est pas très classe de notre part... Il faut nous en excuser... Mais il s'agit d'un mystère pour nous ! Vous pouvez aussi en rire avec nous ;-) ...et parmi eux, nous remarquons un monsieur étrangement fagoté... Nous avons eu beau imaginer toutes les hypothèses et nous poser beaucoup de questions notamment "est-ce un super héros genre Bioman ???"... et malgré le fait que les cosplay envahissent les rues de ce quartier , aujourd'hui le mystère reste entier, nous ne comprenons pas à quoi correspond cette tenue. Nous vous laissons juger par vous-même :

Moulant non???
Moulant non???

Nous continuons notre balade à la recherche d'un endroit pour nous poser un peu. Nous passons par le temple, dans lequel une cérémonie commence tout juste. Des femmes arrivent, toutes habillées du traditionnel Yukata. Elles montent et s'assoient sur une sorte de scène sur laquelle de grands instruments de musique à corde sont posés au sol . Les femmes s'installent autour de ses instruments et se mettent à jouer, laissant ces sons typiquement japonais emplir la cour intérieure du temple.

 

 

Un grand tori en cèdre marque la sortie du sanctuaire. Le panorama qui s'offre à nous est une belle illustration de l'endroit où nous nous trouvons : un grand parc dans une grande ville

 

Un peu plus loin, nous trouvons un lac entouré de verdure.

Des personnes seules sont assises sur des bancs ou dans l'herbe, quelques familles se sont installées là aussi... Nous nous allongeons directement sur l'herbe et nous laissons bercer tranquillement par les rires lointains des enfants qui jouent...

 

 

Shinjuku : Au sommet de Tokyo

Le quartier de Shinjuku se trouve au nord du parc Yoyogi. C’est un quartier d’affaires avec une partie en ville « électrique » qui tend à concurrencer Akihabara sur le matériel informatique et de jeux vidéo.

Sur les conseils de Nicolas, nous avons prévu de nous rendre au Tokyo Metropolitan Governement Building (siège du gouvernement métropolitain de Tokyo appelé communément "Mairie de Tokyo")) à la tombée de la nuit.

Construit entre 1988 et 1990 et haut de 243,4 m (48 étages), ce bâtiment, composé de 2 tours jumelles, était le plus haut de la ville jusqu'en 2006.

Au 44ème étage, il y a un observatoire dont l'entrée est gratuite ! Nous montons dans l'ascenseur et en moins de 30secondes nous sommes au 44ème ! Nous y trouvons un restaurant un peu haut de gamme et des petits magasins de gadget et souvenirs (c'est ici que nous trouvons nos 2 petits compagnons de voyage !).

Par les baies vitrées, la vue sur la ville de Tokyo by night est vertigineuse, magique... Et lumineuse ;-) Dommage que des éclairages de l'étage soient orientés vers les vitres, cela rend la prise de photo un peu compliquée à cause des reflets...

 

Nous redescendons en direction de la ville électrique. Là, nous découvrons encore un concept de resto assez amusant : devant le petit resto, se trouve une vitrine avec tous les plats proposés représentés en céramique (ce qui se fait beaucoup au Japon, donc jusque là, c'est normal). À chaque plat est attribué un numéro. À l'entrée du resto, se trouve une machine avec autant de boutons que de numéros de plats. Vous insérez de l'argent dans la machine, sélectionner vos plats grâce aux numéros, vous validez et un ticket sort vous attribuant également un numéro. Vous le donnez à un serveur au comptoir et celui vous appelle par votre numéro lorsque le plateau est prêt !

Shibuya : lost in translation

En sortie de la station JR de Shibuya, nous tombons directement sur le carrefour 109. C'est un étrange ballet qui se joue sous nos yeux : le carrefour se vide en un instant, permettant aux nombreuses voitures de démarrer tout azimut. Les 5 feux du carrefour restent environ 2 min au vert pour les voitures puis c'est le basculement. Et là, l'expression bain de foule prend tout son sens. Des centaines de personnes se mettent à traverser les passages piétons en même temps. Cela donne l'impression d'un mur humain qui vient vers vous. Pourtant comme partout au Japon, pas une bousculade, tout passe au millimètre.

 

Nous nous enfonçons dans le quartier pour découvrir le cœur de Shibuya, beaucoup de néons et de bruits, c'est la 3ème "villes électriques" de Tokyo.

Le quartier regroupe une grosse concentration de Love Hotel, nous croisons bon nombre de couple qui sont venus s'encanailler en toute discrétion. Il faut savoir qu'au Japon, beaucoup de couples vivent sous le même toit que leurs parents, voire leur grands-parents, difficile alors de trouver un moment d'intimité.

Nous n'aurons pas le temps de tester la chose (dans un but ethnologique bien sur ;-)).

 

Washaguya : un peu de douceur dans ce monde...

Nous cherchons un quartier un peu plus typique et calme pour la journée, se trouver un petit coin tranquille à midi et profiter un peu du temps ensoleillé. D'ailleurs la chance est de notre coté avec le climat car nous n'avons eu que la journée de transport Aomori-Tokyo qui fut pluvieuse.

 

Nous aimerions également trouver un quartier plus typiquement Japonais. Il est vrai que les villes japonaises ne sont pas très "belles", dans le sens ou elles ressemblent plutôt au cauchemar de l'urbaniste. Et dans cette catégorie, Tokyo décroche la palme...

 

Proche de Ueno, le quartier de Washaguya contraste avec les alentours. La circulation s'y fait plus en vélo et l'agitation est bien moindre que dans les autres quartiers. Il y a toujours des temples de quartiers mais le temps semble s’écouler plus lentement ici. Nous y croisons également de nombreux locaux habillés en Yukata traditionnels.

Le calme est rompu au moment où nous rentrons dans une salle de Pachinko Slot. Jeu très prisé des japonais, le Pachinko ressemble au fils illégitime d'un flipper et d'une machine à sous. Le but est de faire tomber des petites billes de métal qui vont parfois rentrer dans des trous et déclencher une roulette pour gagner... d'autres billes. Les jeux d'argents étant interdits au Japon, les billes sont échangées contre des lots. Mais comme le hasard fait bien les choses, les lots peuvent être revendus dans un établissement voisin. Je vous laisse deviner à qui appartient cet établissement...

 

Sur la route du retour nous nous arrêtons au quartier de Ochanomizu connu pour des magasins d'instruments de musique (principalement des guitares en fait). Romain décide de s'acheter un Harmonica pour s'entraîner pendant le voyage. Ça promet...

 

Hakkone : Earthquake & Onsens

La journée commence très tôt pour nous, précisément à 5h18. La chambre se met a vibrer violemment, au point de nous sortir de notre sommeil. 40 secondes très longues au réveil, accompagnées d'un grondement sourd, autant vous le dire tout de suite : il nous est difficile de se rendormir ensuite.

 

Nous avions prévu de tester le simulateur de séisme à Tokyo, la nature s'en est chargée elle même (ya pas de petites économies pourdes Mauriennais...). Bon il n'y a pas eu de dégâts donc l'expérience a une fin heureuse mais ça fait vraiment peur quand même.

 

Pour nous remettre de ces émotions fortes, nous allons goûter encore une fois au plaisir des Onsens. En plus c'est le dernier jour de notre Japanrail pass donc il faut profiter du train gratuit.

 

Nous arrivons en gare d'Hakkone, où nous devons prendre un bus jusqu'à Yunessun.

Et, comme pour animer notre attente, une cérémonie se déroule juste devant nous !

Des groupes de personnes en tenue de cérémonie transportent une relique posée sur un socle en bambou. Un homme qui ne porte pas, chante des chants religieux. Le groupe de porteurs tourne plusieurs fois sur lui-même sur le rythme des chants. Et lorsque l'homme pousse un cri, ils partent tous en courant très vite droit devant eux. Ils s'arrêtent. Les chants recommencent, ils tournent a nouveau et ainsi de suite... Nous demandons autour de nous de quoi il s'agit mais ne trouvons personne qui puisse nous expliquer.

 

Nous atteignons les Yunessens. C’est en fait plutôt un grand complexe qu’un petit Onsen intimiste mais il a l’avantage d’être mixte (maillot de bain obligatoire donc). Nous pourrons donc profiter ensemble des vertus des bains chauds.

Une fois habillé de nos maillots de bain, nous nous rejoignons pour découvrir la première partie du complexe de spa. Et la c’est le drame… Il ne reste pas un centimètre carré de disponible, des cris d’enfants jaillissent de toute part, la sono est à fond la caisse. Pour la tranquillité on repassera.

Heureusement, l’autre partie du complexe est prévue pour une clientèle plus « adulte ». Ce sont des Onsens en extérieur sauf que certains sont aromatisés : Café, Thé vert, vin il y en a pour tous les gouts.

Nous arrivons à trouver quelques bassins « nature » sans trop de monde dedans pour profiter un peu. Il pleut légèrement et le contraste entre la fraicheur de l’air et la chaleur des bains est saisissant.

Certains bains sont mêmes à plus de 47 degrés. Il faut prendre le temps pour rentrer… Au final nous sortons détendus des bains et prets à affronter le trajet retour car la route est complètement bouchée.

Le retour sur Tokyo se fera de nuit pour rejoindre le Villa Business Hotel. Nous reprenons cet hôtel pour la dernière nuit au Japon car il est à dix minutes du monorail pour Haneda et nos JRpass ne sont plus valables.

 

Shiba : Tour Eiffel en couleur!!!

Pourle dernier jour au Japon nous avons décidé de ne pas trop s'éloigner de la gare de Hammatsuscho pour pouvoir prendre le monorail jusqu'à l'aéroport. 

 

Cela tombe bien c'est juste à coté de la tour de Tokyo, réplique (en plus grand ET en couleur) de la tour Eiffel.

 

Nous passons par un temple et un cimetière Japonais pouyr nous rendre au pied de l'édifice. Du coup nous prenons le temps d'observer les rites funéraires des Japonais. Ils sont très respectueux des ancetres et rendent fréquement "visite" aux tombes pour les honorer.

 

Nous les voyons passer avec des batons d'encens pour se recueillir et prier au pied des autels. Comme lors de notre visite à Koya, nous voyons des petites statues habillées près des tombes celles ci sont la pour veiller sur la famille donc il faut les proteger...

 

Nous apprenons qu'actuellement le rite funéraire Japonais est l'un des plus cher au monde, principalement à cause du cout de l'emplacement. Le manque de palce a fait grimper les prix du mètre carré et les défunts ne sont pas en reste (enfin si  mais pas au figuré...)

Il existe alors des sortes d'immeubles HLM cimetières pour les familles les moins aisées.

 

Nous arrivons au pied de la tour. Nous ne pourrons monter dans celle ci étant donné le monde présent. C'est bien dommage car il y a un point d'observatoire avec un sol en verre qui doit etre impressionnant...

 

Nous prendrons le monorail dans la soirée pour aller à Haneda, qui est surement l'aeroport le plus propre du monde.

Le temps de faire les boutiques pour passer nos derniers Yens et nous voila dans l'avion pour Bangkok (avec escale à Kuala Lumpur).

 

Saïonara le Japon...

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!