Chiang Mai

Chiang Mai : la vieille ville

Par Emilie

 

Chiang Mai est la deuxième plus grosse ville de Thaïlande, après Bangkok.

 

Dans un guide, nous avons repéré une guest house tenue par des français. Elle se trouve dans la vieille ville fortifiée de Chiang Mai. Why not ?!

 

Afin de nous rendre à la guest house, nous prenons notre 1er tuk-tuk. Ces voiturettes, bien représentatives du folklore des routes asiatiques, nous amuse beaucoup !

C'est bien moins cher qu'un taxi, même si ici, la notion du "cher" est très relative pour nos porte-monnaie d'européens. Il ne faut pas chercher à faire les conversions en euros, sinon, on dépenserait sans réfléchir. Le chauffeur du tuk-tuk nous demande 100 bath (soit environ 2,50€). Comme il est d'usage ici, Romain négocie. On tombe à 80 bath. Nous avons donc négocier une baisse de 20 bath, soit environ 0,40 €. Ça parait ridicule ! Chez nous avec 0,40 €, on ne fait rien. Ici, avec la même somme, on peut, par exemple, se payer 4 bouteilles d'eau fraîche d'1 litre !

 

Nous partons donc à bord de notre tuk-tuk, entassés avec nos bagages.

Je ne suis pas tranquille ... Le tuk-tuk se faufile entre les voitures et les scooter, passant parfois à seulement 2cm d'eux.

 

Dès notre arrivée (sains et saufs) à la guest house, un français accompagné d'une canadienne, une autre française et un chilien, nous abordent. Ils viennent eux aussi d'arriver à Chiang Mai et ils ont loué des scooters pour aller à la découverte des lieux. Ils ont l'air plutôt cool !

 

Deux français sont propriétaires de cette guest house et ils nous proposent gentiment de nous renseigner sur les choses à faire et à voir sur Chiang Mai. Une thaïlandaise les seconde.

Nous prenons possession de notre chambre et commençons par prendre une douche bien fraîche ! Puis Romain propose que nous louions nous un scooter. Une fois encore, je ne suis pas trop rassurée vu la conduite des locaux... Mais soit, ça peut être une expérience !

 

Nous aimerions trouver un endroit où nous baigner et nous restaurer. La thaïlandaise indique à Romain un lac à quelques kilomètres où il est possible de s'installer sous des pagodes en bambou, de se baigner et d'acheter de quoi manger. Elle nous laisse un plan.

 

Plein d'entrain, nous prenons nos maillots et partons en direction de ce lac.

En route, nous hésitons sur la direction et décidons de reprendre le plan. Mais où l'avons-nous ranger ?? Impossible de remettre la main dessus. Plan B : nous prenons un plan sur l'Iphone. Nous savons juste que ce lac se situe près d'une piscine municipale. Nous cherchons, nous tournons... Nous arrivons a la piscine, il y a bien un lac mais... Personne autour, pas de pagodes en bambou ni de restauration. Il fait chaud, nous tournons depuis au moins 1h30... Allé on abandonne et on rentre manger en ville.

. Nous commençons par commander l'un de leur fameux jus de fruits frais mixés. Ça sera melon pour Romain et citron pour moi. Et rien qu'avec ça, nous sommes déjà requinqués.

 

La fin d'après midi approche, nous décidons de retourner à la guest house. En route, nous nous arrêtons devant un temple. Je ne peux pas y entrer parce que mes épaules ne sont pas couvertes. Aie ! J'avais bien pensé à couvrir mes jambes mais pas mes épaules...

Tant pis, nous regardons depuis l'extérieur puis nous repartons. 

La journée touche à sa fin. Nous recroisons le groupe qui nous a abordé à notre arrivée. Nous discutons un peu et finissons par leur proposer d'aller ensemble aux chutes d'eaux le lendemain. Nous verrons ça au petit déjeuner. Entre temps nous retrouvons le plan qui devait nous mener au fameux lac ! Aaaarrrrggg, nous n'en étions pas loin !!

Pour l'heure, nous nous rendons à une soirée tapas dans une guest house voisine où nous avions été invité par 2 jeunes français. Les deux jeunes qui nous ont donné le flyer nous reconnaissent et nous invitent à leur table. Nous sommes entre français, seule une belge se démarque un peu par son accent !

Nous échangeons sur nos expériences de voyages respectives, même si, pour notre part, nous n'en sommes qu'au début.

 

La soirée s'écoule, sous des températures bien plus agréables et sur un fond de musique un peu reggae qui se marie bien avec l'ambiance. Et avec des bières à moins d'un euro, les contacts se nouent plus facilement.

 

Des waters falls! enfin...

09/05

 

Nous prenons notre petit déjeuner à la guest House.

Ce n'est qu'à la fin que nous croisons notre petit groupe, dont nous réalisons que nous ne connaissons même pas les prénoms !

Nous leur confirmons notre intention de nous rendre aux chutes d'eau en fin de matinée. Le couple français/canadienne semble motivé.

Mais nous oublions de fixer une heure de rdv et au moment de démarrer peu avant midi, nous ne les trouvons pas.

 

Tant pis, nous allons manger non loin de là dans un petit resto thaï. Et les voyons passer en scooter devant le resto ! Nous tentons de les interpeller mais ils ne nous entendent pas. Re tant pis !

 

Nous reprenons notre scooter et partons pour les chutes d'eau. Après quelques km sur une route très fréquentée, nous nous engageons sur une petite route plus tranquille au milieu d'une forêt verdoyante.

Nous sentons l'air devenir plus frais.

 

Arrivés au pied des chutes d'eau, nous garons le scooter et partons à pied. Il n'y a pas beaucoup de monde, ça sera parfait !

 

Nous montons aux différents niveaux à la recherche d'un endroit où s'installer et se baigner, car la baignade n'est pas possible à tous les niveaux.

 

Nous arrivons presque au dernier niveau lorsque nous croisons notre couple franco canadien, Sandy et Mélissa !

 

 

Nous nous baignons dans les eaux à peine rafraîchissantes des cascades. Nous sommes tout près de bonzes venus eux aussi se baigner et méditer pour l'un d'entre eux. Nous essayons de nous tenir à distance et nous gardons nos Teeshirt car nous sentons que nous les gênons un peu.

 

Nous restons là à discuter, assis sur des rochers près de l'eau qui s'écoule bruyamment.

 

Puis nous décidons de repartir à la conquête du lac que nous n'avons pas trouver la veille, mais à 4 cette fois-ci !

 

Nous sortons du site, mettons nos casques (si l'on peut appeler ça des casques ;-) et enfourchons nos scooters.

 

Après une quinzaine de kilomètres nous trouvons enfin le lac ! Et en effet, c'est un endroit vraiment cool ! La couleur de l'eau ne fait pas rêver mais les petites pagodes en bambou et toits de chaume alignées au bord de l'eau rattrape bien le coup !

 

Nous ouvrons des bières bien fraîches, commandons un petit quelque chose à manger et nous baignons jusqu'à la tombée de la nuit. Super journée !

 

Après une petite frayeur de Romain qui a bien cru avoir perdu notre clef de scooter, nous rentrons à la guest House de nuit !

 

Après une petite douche, nous nous retrouvons devant les chambres, nous installons à une table et buvons une boisson bien fraîche. Petit à petit, d'autres personnes nous rejoignent, Léo et Emmanuelle (le couple chilien/française) et Carmen (une espagnole). Et dans l'improvisation la plus totale, et la chaleur des soirées thaïlandaises, nous referons le monde jusqu'à 2 heures du matin ...!

 

Chiang Mai vers Chiang khong

Nous quitterons Chiang Mai le lendemain mais avant nous voulons quand même voir le Wat Phra Sing, le temple le plus ancien de la ville.

Malheureusement pour nous, un car et plusieurs tuk-tuk déposent des touristes, le temple est bondé. Ajouté à cela une chaleur difficilement supportable, la visite sera de courte durée. La décoration du temple est, comme la plupart du temps, bien chargée, et là nous ne sommes même pas loin du kitsch ! Toutes ces dorures, ces bonzes alignés en train de manger... Une mise en scène pour touristes qui ôte toute authenticité à ce lieu pourtant chargé d'histoire.

Dommage ! Mais c'était a voir tout de même.

Nous rendons notre scooter, et partons en tuk-tuk en direction de la gare routière. Ce moyen de transport, même s'il me fait toujours un peu peur, nous amuse beaucoup. Il semble tellement être un tas de ferraille rafistolé en voiturette, qui roule malgré tout, se faufile entre les gros véhicules et les petites motos, parfois chargé plus qu'à bloc !

Les pots d'échappement dégagent parfois de la fumée noire que l'on préférerait ne pas respirer. Heureusement, Romain a eu la bonne idée de garder des masques achetés au Japon! Autant dire qu'ici, personne ne connait l'existence de la pastille verte ;-)

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!