Luang Prabang Hanoi : Hell's bus

Le bus Luang Prabang-Hanoï : Hells bus

Par Romain

 

D'abord prévu en avion, le trajet Luang Prabang-Hanoï se fera par le bus. Les tarifs élevés des vols nous ont décidé à affronter les 24h de trajet pour rallier la ville vietnamienne. Le billet nous coûtera 35€/personne contre 100€ pour l'avion.

 

Le tuk-tuk nous amène à la station routière pour 17h20 car le check in du bus débute à 17h30 pour un départ une demi heure plus tard.

 

Nous prenons nos billets et attendons patiemment le moment de poser nos gros sacs dans les soutes. Ça sera l'occasion de partager un dernier moment avec Nicolas et Sonia.

 

Nous sommes ensuite appelés pour déposer les bagages en soute. Nos sacs paraissent simples à caser quand on voit le reste des objets emportés par les locaux : caisse de fruits, linge de maison, oiseaux, chien, vélo et même un écran plat d'au moins 130cm qui fera le voyage sur le toit (pas sur de l'état à l'arrivée).

 

Au premier abord, le bus semble être confortable, les sièges se couchent quasiment à 180 degrés et mon mètre 87 passera en entier. Il y a deux étages de sièges, comme des lits superposés. Nous sommes en dessous.

Sur un ordre presque viril du petit laotien à l'entrée, nous entrons dans le bus en enlevant nos chaussures. Tiens, c'est curieux, l'allée centrale est matelassée!!

Nous nous installons à nos places, c'est pas mal, en plus il est 17h50 nous n'allons pas tarder à partir. Le bus semble contenir 45 places couchettes ça fait quand même du monde mais ça devrait bien se passer.

 

Sauf que....

 

D'un coup, une quinzaine de vietnamiens rentrent dans le bus et s'allongent le long de l'allée centrale. Damned nous voilà coincés ! En plus, je ne sais pas ce que fait le personnel du bus mais il semble en grande discussion à l'extérieur. Pourvu que ce ne soit pas trop long....

 

Après de longues tergiversations entre les locaux, le bus démarre finalement à 19h. Pour stopper à 19h03 dans la station service voisine. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait avant le départ, le car est resté arrêté plus d'une heure?!

Emilie avec le sourire...ça c’était avant...
Emilie avec le sourire...ça c’était avant...

Dès les premiers kilomètres, le ton est donné : lumière disco, musique forte. Les vietnamiens se hurlent dessus et ceux dans l'allée centrale se prennent les pieds des gens des couchettes hautes.

 

Bon, on va positiver, finalement 24h c'est vite passé... Au bout d'une heure, la musique et les lumières sont éteintes, nous allons essayer de nous assoupir. C'est difficile car la conduite du chauffeur oscille entre le presque acceptable et le limite tendance suicidaire.

 

Vers 22h le bus s'arrête, nous prenons la lumière dans la figure. Des passagers descendent et montent du bus, bizarre pour un direct. Nous voulons en profiter pour nous dégourdir mais nous sommes bloqués à nos places. Tiens, la lumière nous permet de nous apercevoir de passagers clandestins : une armée de blattes court le long de l'habitacle. Émilie commence à être bien tendue, par sécurité je cache l'opinel...

 

Le bus repart rapidement. Instant onirique à l'intérieur : les passagers Vietcongs se mettent à chanter ! Et vas-y que ça hurle au téléphone en plein milieu de la nuit et ça parle d'un bout a l'autre du car avec de grandes intonations.

 

À 23h, nouvel arrêt de 2min mais rien ne se passe à l'intérieur. Par contre, on entend charger des "choses" dans la soute. Le bus repart et le silence arrive enfin!!!

 

Premier arrêt pipi à 2h20 au village de Phonsavan. Re-lumière en pleine figure ..! Nous pouvons enfin nous dégourdir les jambes. Nous assistons aussi à un joli concert de crachats et glavioles en tout genre. En Asie, nous avions constaté que c'était chose commune mais il faut reconnaître que ce petit interlude "raclage de gorge" à 2h du mat´ a (si j'ose dire) une saveur spéciale. Nous remarquons aussi que le chauffeur est toujours le même depuis 7h d'affilée.

 

La route est moins sinueuse sur les 60 kilomètres suivants. On arrive à s'assoupir un peu.

 

Le jour se lève a 4h30. Et les viets dans le car aussi. Et on ne peut pas dire qu'ils sont discrets. Mais la fatigue l'emporte.

Le bus stoppe à 6h30. Nous sommes à la frontière. Le car se vide et le conducteur nous intime l'ordre de sortir et marcher jusqu'au poste frontière.

Deux kilomètres de marche pour atteindre le poste du Laos qui n'ouvre qu'à 7h.

 

À 7h35, le Marcel Patoulachi local ouvre le guichet du Laos. C'est la ruée des viets. Heureusement c'est un guichet pour passeports étrangers. Donc nous passons en priorité devant tout le monde. Bon, la sortie du Laos ce n'est qu'une formalité.

 

Reste à passer au Vietnam. Là, ça devient folklorique ! Nous donnons les passeports à un douanier aussi expressif qu'un teckel mort qui nous fais signe de nous asseoir. C'est parti pour une heure d'attente.

 

D'un coup, la centaine de passeports est redistribuée et là c'est le rush. Au Vietnam, pas de civilité ou de politesse exacerbée : c'est au premier qui passe. Et sachant que je fais encore deux têtes de plus que tout le monde, c'est moi qui fraye le chemin.

 

Reste à attendre le bus qui est en cours de "nettoyage". Et il faut recharger les sacs qui ont été inspectés dans les soutes. Au passage, nous nous apercevons que notre passager à quatre pattes fait le voyage sur le toit du bus ! Le pauvre... La nuit a du être longue pour lui, mais la journée devrait l'être plus encore en plein cagnard...

Encore une heure d'attente et le chauffeur klaxonne impatiemment pour nous donner l'ordre de remonter à bord. Il est 9h du matin.

 

Tiens d'ailleurs il y a eu changement de chauffeur. Ça nous rassure un peu car l'autre avait déjà 12h de conduite non stop dans les jambes.

Mais nous déchantons rapidement car notre nouveau "pilote" attaque les premières courbes de la descente en fanatique du Klaxon. Ça va être long....

 

 

 

En fait nous comprenons vite qu'au Vietnam, le Klaxon remplace le clignotant et que c'est toujours le véhicule le plus lourd qui passe. La chaleur commence à grimper méchamment dans l'habitacle et la clim est à l'agonie. Dire que nous sommes juste à la moitié du chemin...

 

Vers 11h30, le bus traverse un petit village et s'arrête brusquement sous un garage. Que se passe t'il? Tous les viets se mettent à s'agiter et sortent rapidement. En fait c'est une sorte de cantine, il est l'heure de manger. Cool mon ventre commençait à crier famine. Et heureusement que nous avions prévu des biscuits et de l'eau pour le trajet...

En franchissant la porte du bus, nous prenons de plein fouet la chaleur environnante : 45 degrés et zéro vent.

 

La cantine baigne dans cette chaleur avec l'odeur des poubelles en plein soleil. Impossible de manger là. Du coup, nous trouvons un petit shop à côté pour se nourrir de ... chips.

 

Après 20 minutes, nous rembarquons pour normalement encore 6h de route. Normalement.

 

À grand renfort de Klaxon, le bus slalome entre les camions et les scooters. Nous réfrénons l'envie de prier : "plus près de toi seigneur!!"

Vers 17h nous nous arrêtons pour déposer la plupart des viets. Délivrance, nous ne sommes plus qu'une quinzaine dans le bus, la clim arrive à refroidir l'intérieur et nous pouvons étaler nos affaires sur les places voisines libres.

 

Un passager nous fait remarquer qu'il y a du wifi dans le bus... Ô joie !!! Nous en profitons pour réserver un hôtel pour 2 nuits à Hanoi. Le simple fait d'imaginer la douche et le bon lit qui nous attendent suffisent à nous rendre la fin du voyage plus agréable.

 

L'heure de notre arrivée était initialement prévue à 18h. Mais avec une heure de retard à l'allumage et le long passage à la frontière, cela semble compromis. Effectivement, à 20h nous sommes encore à une centaine de kilomètres d'Hanoi. Et cent kilomètres ici, c'est loin... Une demi heure plus tard, le bus s'arrête pour faire descendre tout le monde. Apparemment on change ici pour prendre un autre car plus rapide!!! J'avais lu que certains touristes avaient du payer un supplément pour rallier la ville sous peine de rester dans la cambrousse. Pas de ça pour nous, les choses sont faites correctement, le transfert est pris en charge par la compagnie.

 

Finalement nous arrivons à la gare routière d'Hanoi vers 21h45, vivants, ce qui n'était pas gagné au départ.

 

Allé, un taxi, un peu de marche dans les rues d'Hanoi encore baignées de chaleur et nous voilà à notre hôtel... DÉLIVRANCE !!

Écrire commentaire

Commentaires: 11
  • #1

    Victor (dimanche, 02 octobre 2016 17:10)

    Hello Romain et Emilie !
    Je vais faire ce trajet dans le sens inverse ne Janvier avec ma copine, on penche aussi pour le bus car le billet d'avion est assez cher ! Du coup j'ai qqu questions :
    Quelle est le nom de la compagnie de bus que vous aviez pris ? Vous aviez réservé en avance ?
    Merci beaucoup :)

  • #2

    Romain (dimanche, 02 octobre 2016 19:58)

    Salut Victor,
    La compagnie était Naluang Company. Attendez vous à quelque chose de folklorique pour ce voyage, c'est une épreuve ;-)
    Maintenant les choses ont sûrement changé en mieux depuis 3 ans (je vous le souhaite). On avait pas réservé je crois. En même temps, la gare routière de Luang Prabang est toute petite. Côté Vietnam, attention aux arnaques à la gare routière.

    Bonne route

  • #3

    Hélène (mardi, 07 février 2017 19:44)

    Hello !
    Nous allons bientôt vivre la même expérience :)
    Vous souvenez-vous du nom du poste frontière ? Étant donné que nous aimerions opter pour des e-visas, il faut qu'on sache s'ils seront acceptés à ce poste frontière... Car apparemment ce n'est pas le cas pour tous les postes frontières.
    Merci de votre retour !

  • #4

    Romain (mercredi, 08 février 2017 19:14)

    Salut Hélène,

    Le bus a passé la frontière à :
    Xã Nậm Cắn
    Tỉnh Nghệ An
    Vietnam

    Par contre, je ne saurais pas te dire si ils acceptent les e-visas.
    A l'époque, c'était moins cher de prendre les visas au Laos. Mais je crois que maintenant, les visas vietnamien pour les français sont gratuits (à vérifier).

    Bon voyage et si vous prenez le bus, prévoyez bien de l'eau et à manger pour une trentaine d'heures.

  • #5

    Hélène (vendredi, 10 février 2017 10:29)

    Salut Romain,

    Merci pour ta réponse.
    Nous avons contacté l'ambassade, et les e-visas ne sont pas acceptés à ce poste frontière... Où aviez-vous obtenu vos visas au Laos ? En effet, les visas pour les français sont gratuits si le séjour est inférieur à 15 jours seulement. Dans notre cas, nous resterons plus longtemps...

  • #6

    Romain (mardi, 14 février 2017 19:12)

    Salut Hélène,

    Nos visas avaient été pris à l'ambassade Vietnamienne de Luang Prabang
    https://www.on-part-juste-faire-un-tour.com/2014/05/14/luang-prabang/

    Après il faut s'attendre à au moins 3 jours d'attente.

  • #7

    Louise et Ben (mardi, 21 mars 2017 15:57)

    Salut à tous les deux,
    Nous étions en train de faire quelques recherches sur le net pour trouver des infos concernant le passage Laos-Vietnam. Nous sommes tombé sur votre blog et sur cet article. On voulait juste vous dire Merci, on a passé 15min pliés en deux à rire en s'imaginant cette belle épopée...! Alors Du coup on hésite pas mal à prendre l'avion même si c'est cher cher...!
    Bonne continuation à tous les deux :)

  • #8

    Romain et Emilie (samedi, 01 avril 2017 10:37)

    Salut Ben et Louise,
    Merci pour votre message ;)
    Et bien si nous avons pu vous faire passer un bon moment, tant mieux !!
    Et si au passage, cela vous a donné quelques infos utiles, c'est encore mieux !
    Aujourd'hui, on en rigole bien aussi de ce genre d'aventures (et ça reste gravé dans nos mémoires) mais sur le coup, Emilie a plus pleuré que rigolé !!
    Nous avons jeté un oeil sur votre site, il est très bien fait, nous ne manquerons pas de suivre votre périple ;)
    En attendant, profitez à fond et on vous souhaite une super dernière partie d'aventure autour du monde !
    Stay safe ;)

  • #9

    Fahmi (samedi, 08 avril 2017 10:04)

    Salut Romain et Émilie,
    J'espère que vous allez bien ?
    Après quelques clics sur notre ami Google je suis tombé sur votre site et votre péripétie m'a bien fait rire et en même temps quelques peu angoissé :)
    Je suis à Vientiane (je voyage avec ma copine) et comptais prendre le bus de LP à Hanoi, mais j'ai peur que ma copine ne tienne pas les 30 heures.. C'était vraiment si horrible que ça ou au final ça allait ? Je veux dire rien d'insurmontable non?!

  • #10

    Romain et Emilie (samedi, 08 avril 2017 18:22)

    Salut Fahmi !
    Ça va super merci et toi ?
    Pour être tout à fait honnête, ce voyage n'était pas de tout repos, mais non, rien d'insurmontable !
    En voyage, il faut toujours s'attendre à l'inattendu ;)
    Romain aurait trouvé ce trajet long mais folklo, moi, je suis tellement stressée par les transports en Asie que j'ai craqué "un peu", histoire d'évacuer le stress. Meme si j'en rigole aujourd'hui, je n'en garde pas un bon souvenir...! Les temps d'attentes et les retards, on finit par s'y faire là-bas mais leur conduite, ça fait peur ! Mais voilà, ça fait partie des aventures de voyage !! Si vous n'êtes pas d'une nature anxieuse, ça devrait plus vous faire rire plus qu'autre chose ! Par contre, prévoyez des en-cas et attendez-vous à du retard, c'est plus facile à accepter quand on s'y attend ;)
    On vous souhaite de belles aventures !! Et si vous décidez de prendre ce bus, dites-nous ce que vous en avez pensé, ça a peut-être changé depuis ...!

  • #11

    Jenny (jeudi, 02 novembre 2017 13:21)

    Salut les aventuriers!
    Mon ami va faire ce trajet la semaine prochaine et je le rejoins à son arrivée à Hanoï. J'espère qu'il n'arrivera pas trop en retard! Je me demandais à quelle gare vous étiez arrivés et quel est le meilleur moyen de locomotion jusqu'au centre-ville.
    En vous remerciant par avance,
    Jenny

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!