Cat ba

Après la plage aux bungalows

Par Emilie

 

La fréquentation de l'île n'a rien à voir avec les villes que nous avons déjà visitées. Ici, c'est plutôt calme. En même temps, nous sommes en basse saison, nous imaginons bien que l'île doit être noire de monde en haute saison.

 

Notre hôtel se situe face à une balade bordant la mer. C'est un de ces immeubles pas très large mais haut, comme on peut en voir beaucoup au Vietnam. Le prix du metre carré est élevé ici donc on construit à la verticale.

Notre chambre est au 5éme étage, il n'y a pas d'ascenseur et la cage d'escalier est très étroite. Autre marque de fabrique : pas une marche n'est à la même hauteur !

Notre hôte, très sympathique, porte mon sac dans les escaliers, ouf ! Nous arrivons dans la chambre. Il y a la clim et deux ventilateurs. Sachant que la clim ne fonctionne pas de 12h à 17h à cause de coupure de courant partielle sur toute l'île pendant ces heures. En attendant, il y a les ventilateurs. Une douche plus tard, nous voilà partis à la recherche d'un endroit où se restaurer. En descendant les escaliers, nous remarquons une affiche que nous n'avions pas pu voir à la montée. En descendant le dernier étage, le plafond descend assez bas et sur cette partie, il est inscrit "mind your head" ! Je relaie l'info à Romain, histoire de lui éviter une grosse bosse ! Ah les aménagements et constructions approximatifs de l'Asie, on ne s'en lasse pas !

Pas très compliqué de trouver de quoi manger, il y a des restaurants partout, les uns à côté des autres !

À la fin du repas, au moment de payer, nous nous apercevons que nous n'avons pas assez de dôngs. Il y a bien deux ATM pas loin, mais hors tension à cause de la coupure de courant. L'un des employés du restaurant dans lequel nous avons mangé nous explique que nous pouvons faire une CB sur leur terminal et qu'ils nous donnerons la contrepartie en espèces, prenant au passage une commission de 3%... Bon... Nous n'avons pas le choix de toute façon !

 

Nous décidons de passer le reste de la journée sur l'une des plages de l'île. Il y en a une pas très loin mais déjà, les taxis moto nous encerclent pour nous vendre leur service. Nous voyons une navette spécialement prévue pour les plages et qui peut nous déposer à celle que nous visons pour 1$ ! Mais lorsque nous montons, le chauffeur, visiblement de mèche avec les motos taxi, nous dit qu'il ne dessert pas les plages... Alors qu'il est inscrit sur la carrosserie les tarifs pour le trajet à chaque plage ! Nous décidons donc de nous y rendre à pied, on n'est jamais mieux servi que par soi-même. La plage est petite, assez ombragée et de grosses vagues l'anime ! Parfait ! Ici encore, il ne faut pas compter sur les températures de l'eau pour se rafraîchir ! L'eau doit être à environ 28° ! Mais cela n'a pas tellement d'importance, la baignade reste agréable.

 

Il n'y a pas grand monde, nous nous endormons sur notre serviette... Nous rouvrons les yeux seulement pour déplacer notre serviette au soleil. C'est la fin d'après midi, nous espérons que le soleil sera moins fort, car tout de même, nous aimerions bien bronzer un peu ! Mais à cette heure le soleil passe derrière une colline et plonge la plage dans l'ombre ! La bronzette, ça sera pour une autre fois ! À partir de ce moment là, la plage se remplit de locaux venus passer ici leur fin de journée. Nous les observons. Beaucoup de jeunes s'amusent à se recouvrir de sable ou bien se jette du sable mouillé dessus. Nous voyons des enfants jouer avec une bouteille de bière trouvée sur la plage. Les parents les surveillent à peine. D'ailleurs, il y a plein d'adultes qui semblent retomber en enfance ! Ils se courent après, se jettent dans les vagues. Ces scènes nous amusent et, concernant les enfants, nous constatons que la conscience du danger est moindre comparée à chez nous. Ou bien c'est chez nous qu'elle est exacerbée ?... À méditer !

 

Nous reprenons tranquillement le chemin de l'hôtel. Le long de la balade en bord de mer, nous voyons des stands en cours de mise en place. Certainement un petit marché de nuit, nous reviendrons nous y balader ce soir.

Nous arrivons devant l'entrée de l'hôtel, qui fait aussi salon de massage et coiffure au rez-de-chaussée. Nous avons déjà vu cela plusieurs fois : les commerces sont souvent multi-services. Ainsi, nous avons vu un hôtel qui fait aussi banque et un fast-food qui vend des médicaments !

Devant l'hôtel, une femme regarde mes pieds et me fait un geste que je ne comprends pas. En fait, elle veut que je lave mes pieds plein de sable dans une grande bassine d'eau posée devant l'hôtel. Devant mon incompréhension, elle se lève, me prend par le bras, me mène devant la bassine et me montre du doigt mes pieds et la bassine. Comme ça, c'est plus clair ! Les Vietnamiens sont un peu brutes dans leurs gestes mais ils ne faut pas s'en offenser, ce n'est pas méchant, c'est juste leur façon d'être.

 

Après une bonne douche, nous partons à la découverte de Cat bat by night ! C'est très joli et plutôt animé sur une partie. Ainsi, nous mangeons au calme, marchons sur l'allée qui longe la mer et retrouvons l'animation du marché de nuit. Nous croisons plein de petits groupes de vietnamiens, assis sur leur mini chaises en plastique, en train de boire des bières et de rire. L'atmosphère est plutôt détendue ! Le marché n'est pas très grand et tous les stands se ressemblent et vendent pratiquement les mêmes articles.

 

 

Traversée mouvementée de Cat ba

6h30, nous sommes à l'accueil de l'hôtel avec nos sacs. Pas de gérant à l'horizon... Une femme nous fait signe qu'il dort ! Hé oui, c'est comme ça ici, no stress ! Nous allons donc petit déjeuner pas loin et nous reviendrons à 7h pour régler la chambre et prendre le taxi.

À 6h50, le gérant est là, le taxi aussi. Ouf !

7h12 : nous voilà à l'embarcadère, nous sommes les premiers. Des bateaux sont là, mais on ne reconnaît pas le notre. 7h20, personne. Nous espérons qu'ils ne sont pas partis en avance ! Au bout de quelques minutes, nous voyons arriver la mère et ses 3 enfants et le couple de français de la veille. Et le rigolo du bateau suit. Soulagement !

Nous montons à bord du bateau. Nous voyons notre navigateur parler avec la police. Il vient nous expliquer que la mer est agitée aujourd'hui et qu'il faut des autorisations spéciales pour naviguer. Nous sommes rassurés de voir qu'il y a quand même quelques règles de sécurité en mer, contrairement aux routes ! Au bout de 10 minutes, on nous demande de redescendre du bateau, la police défend notre navigateur d'aller en mer. C'est qu'elle doit être vraiment agitée alors ..!

 

Nous devons donc reprendre une navette qui nous ramène en ville, attendre une heure dans le hall d'un hôtel-banque à coté de la station de bus, reprendre la navette qui nous emmènera à un embarcadère de l’autre coté de l’île (la mer y est plus calme), prendre un bateau qui empruntera une autre direction pour nous ramener à la ville d'Haiphong ou nous prendrons un bus qui nous ramènera à Hanoi. On va y arriver !!

Mais les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu (étrange non ?!) puisqu’à 9h, toujours pas de bus en vue. J’en profite pour passer aux toilettes. Et bien sur, comme souvent, c’est le moment que choisi le mini-van pour arriver… Il est déjà plein comme un œuf et le chauffeur nous demande d’accélérer le mouvement. Comme je ne suis pas la, Romain (avec tous les sacs sur le dos) doit faire le forcing pour empêcher le bus de partir sans moi. En même temps nous l’avons attendu plus d’une demi heure il peut bien patienter 2 minutes. Finalement nous venons nous entasser entre les 15 touristes qui attendaient notre arrivée à l’intérieur, climatisation éteinte (pour info les minibus font 12 places). Ambiance hostile…

 

Le mini-van quitte la ville pour s’engouffrer tambour battant sur la route qui traverse l’île. La route serpente entre les vallées karstiques qui sont recouvertes d’une épaisse végétation. L’île de Cat Ba est protégée par un parc national depuis 1986 sur la majorité de sa superficie. C’est probablement ce qui a permis à l’île de garder une certaine authenticité, par rapport à sa voisine Haïphong. Pour combien de temps de temps encore étant donné l’essor du tourisme dans le golfe du Tokin ??

Plusieurs chemins de randonnées s’aventurent dans la forêt sub-tropicale, à la rencontre de certaines espèces endémiques comme le singe langur à tête dorée. L’île recense également une centaine d'espèces animales et végétales. Cet incroyable bestiaire, dispersé dans la forêt, les étangs d'eau douce et autres récifs coralliens font des paysages de Cat Ba un lieu extraordinaire. Nous regretterons de ne pas pouvoir y passer une nuit de plus pour avoir le temps de profiter de la face plus sauvage de l’île.

 

Pour l’heure, nous goutons plutôt au « plaisir » du rallye en mini-van. Comme partout au Vietnam, les routes sont bien défoncées et notre chariote du diable rebondit de virage en virage, croisant d’autres bus qui roulent à la même allure. Mais à tenir ce rythme effréné nous finissons par user la monture : le pneu avant droit est crevé. Et nous voila débarqué au milieu de nulle part, et au Vietnam, nulle part c’est partout mais surtout la où on ne veut pas (vous suivez ?). Pas de réseau téléphonique pour notre chauffeur, pas de garage en vue et bien sur pas de roue de secours ! Nous voilà tous obligés de faire du van-stop pour pouvoir regagner le port. Après un quart d’heure en plein cagnard, un bus vient nous récupérer pour nous amener à (bon ?) port.

Romain : Au final, nous partîmes à 2 mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 25 en arrivant au port (fallait que je la fasse celle la !!)

 

 

Retour sur Halong Bay

Mais les péripéties ne sont pas finies car le bateau à déjà quitté le port. Heureusement notre guide a toujours une solution. Le voila en train de marchander avec un « capitaine » pour aborder le bateau qui s’est arrêté dans la baie. Nous embarquons sur la barque !

Au bout d'1/2 heure de navigation, nous sommes invités à changer de bateau, là, en pleine mer ! Quelle aventure !! Nous voilà de nouveau sur un plus gros bateau, le même que sur lequel nous avions dormi. Nous nous mêlons à un autre groupe participant au même type de croisière que nous. À peine installés sur la terrasse, on nous propose de redescendre dans la salle de restaurant pour un cours de cuisine ! Sympa !

 

Sur une table, sont disposés un torchon humide, une assiette de feuille de riz, un plat contenant des nouilles, du porc, des champignons, des carottes râpées, une marinade à l'ail et au citron. Le cuisinier commence par casser un œuf dans le plat contenant les ingrédients. Puis il mélange soigneusement le tout. Il prend ensuite une feuille de riz dont il étale sur les 2 faces sur le torchon humide. Cela évitera de casser la feuille. Il prend deux à trois cuillères à soupe d'ingrédients, les déposent sur la feuille de riz, puis il enroule la feuille en rabattant les côtés à mi-chemin. Voilà un rouleau de printemps prêt à frire. Il nous invite à venir chacun notre tour faire un rouleau de printemps selon sa méthode. Nous nous prêtons au jeu. La femme venue avec ses enfants applaudit Romain en disant qu'il s'applique et qu'il doit être très bon cuisiner. Je le lui confirme fièrement ! Puis elle se met à la table avec son fils et, ensemble, ils finiront de préparer tous les rouleaux de printemps ! Enfin, le cuisinier prend l'assiette de rouleaux et nous dit qu'il doit maintenant les plonger dans une huile à 110° pendant 4 minutes. Il revient avec l'assiette nous pouvons les déguster en guise d'apéritif. Ils sont bouillants ! Mais délicieux !

 

Avant la fin du trajet, le bateau fait une halte devant le symbole de la baie d'Halong : C'est en fait deux rochers qui se font face et avec un peu d'imagination ressemblent à un combat de coq. On vous laissera juger...

 

Nous reprendrons un dernier minibus qui nous ramènera jusqu'à Hanoi pour notre dernière étape Vietnamienne : Sapa!

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Tom (jeudi, 24 juillet 2014 12:23)

    Encore mieux que les aventures de Tom Sawyer! n'est ce pas Huck?

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!