Chatuchak

De retour à Bangkok

Par Romain

 

Maintenant nous sommes plutôt rodés à l'exercice des taxis Thaïlandais, d'autant plus que nous partageons le notre avec Amaury. Bonne opération, comme ça, nous divisons le prix par 2. D'ailleurs il est préférable de prendre les taxi-meter dans Bangkok car c'est toujours moins cher qu'un TukTuk et cela évite des négociations interminables.

 

Nous arrivons à notre guest house, que notre chauffeur de taxi a eu bien du mal à trouver. Il a du demander à au moins 4 personnes où était cette adresse (en prenant en otage mon iphone au passage).

Nous prenons nos quartiers situés au 5 étages du Glur Bangkok Hostel. Pour rappel, nous avons chacun des sacs de 15kg, il fait 30 degrés dans le bâtiment et les marches font presque 20cm de haut. Dur...

Par contre rien à redire sur les dortoirs, tout est neuf, les matelas sont confortables, la clim est opérationnelle et le Wifi fonctionne à merveille.

 

On en profite pour prendre une douche, surtout pour moi qui n'en ai pas pris depuis 2 jours avec un trekking de 5h et une nuit en train couchette. C'est vraiment ce genre de moment que l'on savoure dans ces pays.

 

Après la détente, nous explorons les environs pour trouver une place où manger. Pas besoin de chercher trop longtemps il y a un restaurant tous les 2 mètres.

 

Après le lunch, nous retournons nous mettre sous la climatisation de la chambre. Comme nous sommes dimanche, je propose d'aller visiter le marché de Chatuchak, Émilie n'est pas très emballée et décide de rester à l'hôtel.

 

Un incontournable de Bangkok

Si vous êtes de passage du vendredi au dimanche, prenez le temps (et votre courage à deux mains) d'un bon bain de foule au marché de Chatuchak.

Grand comme 15 terrains de foot (mesure brésilienne), le marché est situé au nord du vieux Bangkok, directement au terminus Mo Chit du Skytrain.

 

Le Skytrain permet de sillonner la ville en hauteur pour 42 Baths (1€). C'est une bonne alternative aux TukTuk et taxis qui se retrouvent fréquemment bloqués par la circulation infernale de Bangkok. L'intérieur est plutôt propre, surtout par rapport au reste de la ville, et climatisé. Presque trop climatisé d'ailleurs car du coup le contraste avec la température extérieure est saisissant. J'en fais rapidement les "frais" en sortant de la rame quand nous arrivons au terminus.

 

Après avoir pris une bonne grosse bouffée de chaleur (38 degrés), je m'aventure dans les travées du marché couvert.

 

Ici, vous trouverez tout et n'importe quoi. Enfin surtout n'importe quoi car même si vous avez une idée précise de ce que vous recherchez, la première épreuve sera de le localiser dans la multitude d'échoppes.

Les stands sont normalement regroupés par "rue" pour un type de produit : vêtements, artisanat, antiquité, fleurs, etc.

Vous pouvez même acheter des animaux (du chiot au crocodile!!) à des prix défiants toute concurrence, à condition de bien négocier parce qu'ici les prix sont toujours flexibles, voire même très flexibles.

 

Petite technique de négociation : diviser le prix par 2 ou 3, le vendeur va déjà baisser son prix de départ. Ensuite le but est qu'il descende son prix plus vite que vous ne remontiez le votre. Si la situation semble bloquée, n'hésitez pas à vous éloigner lentement pour voir les autres stands (qui vendent souvent la même chose), il reviendra vous chercher... Juste un impératif : gardez le sourire, ne soyez pas agressif, cela fait partie du jeu. Dans tous les cas, vous allez changer le prix de quelques centimes d'euros pour vous alors ne tentez pas de les essorer à mort non plus.

 

Le marché regorge également de gargotes en tout genre où il est possible de manger local pour moins de 40 Baths. Un inspecteur sanitaire Français s'étoufferait en voyant les cuisines de ces stands ! Mais passé ce "détail", la nourriture est vraiment bonne.

 

En me perdant dans les méandres des étals, j'entends des cris thaïs. C'est un combat de coqs !!! C'est finalement assez violent et les thaïs autour sont tout excités. Le combat va jusqu'à la mort d'un des deux protagonistes. Du coup, je m'interroge sur l'origine du poulet frit sur mon bâtonnet...

 

À 18h, une voix résonne dans les hauts parleurs du marché. En premier lieu, je croyais qu'il s'agissait d'une annonce pour prévenir de la fermeture du marché. Mais ensuite, l'hymne national est joué. Et là, le temps s'arrête... Le marché qui était bruyant et grouillant de gens s'immobilise et le silence se fait. On entend juste les murmures des thaïlandais qui fredonnent le chant patriotique. Flippant !!!

 

À partir de ce moment-là, le marché se vide petit à petit, il est temps pour moi de retrouver Émilie. Le Skytrain est bondé, je passerai les 45 minutes de trajet debout. Ma consolation sera un magnifique coucher de soleil en arrivant à l'hôtel.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    a.gervason@gmail.com (lundi, 23 juin 2014 13:42)

    Bon rétablissement Emilie!
    Continuez bien!
    A+
    Bises

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!