Chiang Mai - Chiang khong

Le bus...

Par Emilie

 

La prochaine étape sera le Laos. Nous décidons de rallier la frontière en bus, qui est le moyen de transport le plus répandu en Thailande (même dans toute l'Asie du Sud) . Le réseau est dense, du coup les prix sont plus interessants  (l'offre et la demande).

 

Nous arrivons en gare routière de Chiang Mai vers 13h.

 

Petit moment de déception lorsque la guichetière nous apprend que le prochain bus desservant Chiang Rai démarre à 16:30. Sachant qu'il y a environ 3h30 de route, cela signifie qu'il faudra dormir à Chiang Rai et reprendre un bus pour Chiang Khong le lendemain. Mais nous avons d'ores et déjà réservé notre nuit 2 jours plus tot pour Chiang Khong (chose que nous ne ferons plus à compter de ce jour)... Par pur dépit, nous demandons s'il n'existe pas une ligne qui fasse directement Chiang Mai / Chiang Khong... Et, bonne surprise, cette ligne existe !! Et le prochain bus part à 14:30 ! Parfait, nous avons même le temps de manger quelque chose avant de partir. Je vois qu'il y a de l'Ice Tea sur un stand de vente de boisson, j'en prendrais bien un ! Ouais... Sauf que l'Ice Tea (pourtant estampillé Nestea, comme celui que l'on a chez nous), c'est une sorte de café glacé a la vanille .... Beurk !!! Chimique à souhait ! L'Ice Tea aussi me direz-vous...

 

Bref, nous voici partis pour 5 heures de bus ! La climatisation est un peu trop forte Mais ça fait du bien quand même. Nous traversons des hectares de végétation parfois luxuriante et parfois asséchée... Nous empruntons des routes pour la plupart gourdonnées, mais souvent défoncées... Et notre bus qui roule à la thaïlandaise : on dirait que ça va pas passer, mais ça passe à chaque fois, juste, mais ça passe.

 

Sur la route, nous passons devant un accident impliquant voiture(s) et scooter... Un homme est allongé dans un talus, inconscient... Comme beaucoup de conducteurs de 2 roues ici, il ne portait pas de casque... Nous croisons les secours à vive allure... On a tendance à se poser des questions quand on voit leur façon de conduire : ont-ils parfois des accidents pour être aussi inconscients sur les routes ??! Et bien oui, ça arrive... Et eux n'ont pas l'impression d'être dangereux, c'est juste comme ça qu'ils ont "appris" à conduire. Et la conduite dans cette partie de l'Asie est réputée pour son folklore...

 

 

 

 http://www.thailande-fr.com/societe/27418-accidents-de-la-route-la-thailande-troisieme-pays-le-plus-dangereux-au-monde

Chiang khong

Nous arrivons à Chiang Khong vers 19:30. Par sécurité, nous avions réservé une chambre dans une guest house, mais nous aurions pu arriver sans réservation, ici, ce ne sont pas les guest house qui manquent.

À l'accueil de la guest house, le propriétaire des lieux commence déjà à nous demander si nous prenons le bateau demain, si nous l'avons réservé, si nous avons nos visas pour le Laos... Il essaie de nous faire le coup du "il vaut mieux payer le visa en dollars mais si vous n'avez pas de dollars, je peux vous faire le change avec une commission moins importante que ce que vous proposera le poste frontière... Et pour demain, avez-vous un tuk-tuk qui vous amène au poste frontière ? Mon frère a un tuk-tuk, je peux lui dire de vous emmenez..." Business is business !

Concernant les visas, il est vrai qu'il est plus intéressant de les payer en dollars. Mais nous sommes méfiants quant à cette proposition de change. Nous avons lu sur internet que les gens qui vous proposent cela peuvent vous faire miroiter une commission moins importante qu'au poste frontière. Chose que vous ne pouvez pas vérifier avant d'avoir passer la frontière... C'est donc le risque de se faire arnaquer.

Nous laissons là notre réflexion à ce sujet, nous verrons ça demain.

 

Nous sympathisons avec un groupe de quatre néo-zélandais. Un homme et trois filles dont une seule mesure en dessous de la taille de Romain... On doit en manger de la protéine en Nouvelle-Zélande !!

Nous prévoyons de faire nos trajets ensemble jusqu'au bateau, histoire de partager les frais de transport.

 

Siam, le propriétaire de la guest house, nous montre notre chambre... Il y a un bâtiment d'un étage et un peu plus loin des sortes de petites cabanes. C'est dans l'une d'elles que se trouve notre chambre. Nous entrons : il fait très chaud, les murs sont en espèce de grosse paille, au sol des planches avec des espaces entre chaque dont on se demande si une grosse araignée ou je ne sais quel autre insecte ne va pas en surgir, des lits jumeaux avec des draps tachés limite douteux... Je ne me sens pas le courage de dormir ici...

 

Romain, en bon chevalier comme toujours, va demander si une autre chambre serait disponible. Nous pourrons finalement bien dormir dans une chambre classique... Ouf !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!