Koh Chang

Lonely beach

Par Romain

 

Le réveil se fera accompagné par les bruits de l'orage. La bonne nouvelle : nous n'avons pas de traces de piqûres, de pustules ou œufs d'araignées sous la peau. Vu la propreté des lieux, ce n'était pas gagné...

Il a plu presque toute la nuit sur Lonely Beach. Ce matin le temps oscille entre orages et accalmies. Durant la nuit, Émilie a trouvé un nouvel hôtel, le Lazy République qui est à un kilomètre de Lonely Beach.

 

Nous irons juste après le traditionnel petit dej. Les commerçants sont beaucoup moins aimables ici, ils ne décrochent pas un sourire ni même un mot. Peut être sont ils blasés des touristes ou juste énervés à l'approche de la saison des pluies. Toujours est-il que pour une île qui vit en majorité du tourisme, un minimum d'accueil ne serait pas un luxe.

J'en profite pour faire un retrait de cash plus important au seven/11 du coin pour réduire les fee. Chaque retrait nous coûte 180 Baths donc autant retirer une grosse somme d'un coup. Il faut juste trouver le bon équilibre pour ne pas se balader avec trop de liquide.

 

L'estomac rempli, nous partons en direction du Lazy République. Marcher 1,5km en montée avec 15kg chacun sur le dos, y'a pas mieux comme exercice matinal. Pour un peu, nous le ferions en courant. Pour un peu...

L'électricien du coin doit avoir du boulot ici, des centaines de câbles pendent des poteaux, enmelés les uns aux autres.

 

En arrivant au Lazy, nous découvrons un ensemble de 4 bungalows en dur au milieu d'un jardin verdoyant. Ambiance plus intimiste avec une salle ouverte qui fait office de restaurant. Le tout est en béton ciré (la patronne y tient). À peine avons nous posé le pied dans la salle que Nathalie, la maitresse des lieux arrive dans notre direction en s'excusant : Agoda (un site de réservation en ligne) a fait une erreur. Il ne reste plus de place disponible chez elle. Elles semble toute confuse et nous propose de nous asseoir pour prendre un café ou un thé. Ce n'est pas de refus.

Apparemment, elle essaye de nous joindre sur Facebook depuis ce matin pour nous prévenir. Elle a même déjà préparé une enveloppe avec le remboursement de la nuit. Mais nous sommes de bonne composition, nous chercherons un autre endroit pour dormir. Dommage car le coin est bien sympa et la patronne aussi !

 

http://lazyrepubliquekohchang.com/

 

Rassurée, Nathalie nous conseillera quelques adresses pour les prochaines nuits. Elle vit sur l'île ainsi que son père, un jeune retraité qui est venu s'installer en Thaïlande.

Il nous conseille une agence de location de scooter de 50 Baths moins cher. Le scooter est essentiel pour explorer l'île, mais vu le temps et la conduite des locaux, il va falloir être vigilant.

photo trip advisor
photo trip advisor

Situé en bord de mer, le Siam Bay propose des bungalows à 600 Baths/nuit avec petit dej. Première surprise à la réception, nous sommes accueilli par un monsieur/dame (ou Lady Boy). La chirurgie esthétique est ici plus répandue qu'en Europe et il n'est pas rare de rencontrer des hommes qui ont fait le "nécessaire" pour changer de sexe. La question reste ouverte si il/elle a conservé le service 3 pièces intact.

 

Nous allons voir de plus près à quoi ressemble les bungalows. Il y en a deux types. Le premier est sur pilotis en bois, avec vue sur la mer. L'intérieur est assez sommaire avec deux lits jumeaux et des moustiquaires au plafond. Émilie n'est pas très emballée par l'idée de passer la nuit dans une pièce où n'importe quel insecte peut entrer. La nuit dernière est encore en mémoire...

 

Le deuxième type de bungalow se trouve derrière l'hôtel, avec vue sur la mer si on regarde entre les arbres, mais les murs sont en durs avec un lit double et un confort un peu moins aventurier. Et le Wifi !!! Ce sera notre choix, à 30 ans on préfère un peu de confort (et du wifi) surtout au même prix.

 

Nous reprendrons le scoot pour trouver un restaurant sur Lonely Beach. Nous mangeons au Yummy, petit restaurant avec un billard gratuit. D'ailleurs, après le repas, Émilie et moi ferons une partie (que je gagne bien évidemment). Le serveur vient me proposer de jouer contre lui. Pendant la partie, nous discutons un peu avec lui. C'est un cambodgien qui est venu sur l'île pour travailler. Le père de Nathalie nous avait déjà expliqué que les cambodgiens sont la main d'œuvre bon marché. Comme quoi l'exploitation existe de partout, même entre les gens pauvres et les très pauvres...

 

Entre deux averses, nous prenons le scooter pour nous rendre jusqu'au village pêcheur. Émilie prend le guidon de la bête pour les 8km de route sinueuse vers le village. La route est détrempée et Émilie fait preuve d'une extrême prudence pour éviter l'accident. De plus, les dénivelés de la route masquent complètement la visibilité des virages. Le père de Nathalie nous a raconté ce matin qu'un camion trop chargé est reparti en arrière dans une pente, coupant la jambe du pauvre type en scooter derrière. Pile ce qu'il fallait pour mettre Émilie en condition.

 

Nous visitons le marché sur pilotis du village. Comme dans tous les marchés, on retrouve le même genre de magasins, fringues, babioles en tout genre, artisanat plus ou moins local, snack et bar. Émilie fera quelques emplettes : bracelets de hippies, paréo. J'en profite pour acheter les épices promises à Dorian. Nous avons également une belle démonstration de la contrefaçon thaïlandaise avec des tongues identiques, si ce n'est la marque, l'une Diesel, l'autre Billabong ! Mais il n'est pas exclu que la fabrication de l'authentique et de la fausse soit dans la même usine. Ce qui interroge sur les marges faites par les grandes marques.

 

Heureusement que le marché est abrité car un nouvel orage vient d'éclater. Il semblerait que la saison des pluies approche à grands pas. 

De retour au bungalow, nous prenons la direction de la plage de l'hôtel au moins pour mettre les pieds dans l'eau. Une petite éclaircie nous permettra même de profiter un peu de la piscine. Mais vraiment pas longtemps!!

Le soir, nous avons prévu de retrouver Matt, l'écossais rencontré pendant le trajet Sihanoukville-Koh Chang. En passant devant sa guest house, il nous dit de le rejoindre dans un bar proche, après notre repas. Nous retournons au Yummy. Je fais un petit écart diététique en prenant un burger alors qu'Emilie veut la jouer proprement en optant pour une soupe creamy. Mauvaise pioche pour elle car sa soupe n'est pas crémeuse, elle est gluante...

 

Nous quittons le restaurant, moi rassasié et Emilie frustrée. Il va falloir trouver un complément alimentaire pour nourrir ma belle!! Nous trouvons un snack qui fait des pâtes sauce tomate qui ont l'air mangeable. Nous passons ensuite devant les bars pour trouver notre ami écossais mais il semble avoir disparu de la circulation. La plupart des bars balancent de la "musique" electro plein tube. Nous en trouvons un dans lequel un band venu des Phillipines reprend des standards du rock. Le temps de s'installer et de commander une bière que la musique s'arrête, le groupe a terminé son concert. Et un DJ prend le relais : c'est parti pour du son de merde à fond de basse. Nous mettons les voiles pour retourner au bungalow. Juste à temps avant qu'une pluie diluvienne s'abatte sur l'île.

 

Pluie, pluie et re-pluie

La journée suivante n'est pas très enrichissante car il pleut toute la journée.

Et ici ce sont des pluies tropicales, c'est très rapide et très violent. Emilie et moi resteront au bungalow, histoire d'avancer sur la mise à jour du site. Mais la loose continue car le mini PC s'eteint brusquement : le BIOS vient de sauter et le PC est HS. Je devrais pouvoir le réparer mais il me faut une clé USB de moins de 4 giga pour réinstaller ce maudit BIOS. Impossible de trouver ça sur l'île, il faudra attendre Bangkok.

 

Nous ferons un passage éclairà la piscine de l'hotel le temps d'une accalmie pour profiter des qualeques rayons de soleil de la journée. 

 

Pour le soir, nous décidons de manger au restaurant du Lazy République, histoire de passer une dernière soirée avec Nathalie, avec qui nous avons bien sympathisé. Le repas est à la hauteur de nos attentes, surtout le massalan d'Emilie qui est vraiment succulent. Il y aura une coupure de courant dans la soirée, nous dînons aux chandelles. Deux clientes arrivent, des Australiennes (mère et fille, ce qui me vaudra une belle boulette car je pensais que c'était la grand mère) qui sont très sympas, d'autant plus que la fille est passionnée de cuisine française. Après avoir partagé une bière, nous descendons tous ensemble prolonger la soirée sur Lonely Beach.

 

En arrivant sur place, nous espérons que Nathalie nous amène dans un autre bar que celui de la veille. Souhait exaucé car nous passons de l'autre côté de la rue...la où la musique est encore plus forte !!!

 

On enchaine 4-5 tournées de shots et de bières en regardant les barmans mettre le feu (au propre comme au figuré) au comptoir sous les écrans qui diffusent du Jackass en boucle. Nathalie nous décrit la place comme une sorte de cour des miracles pendant la pleine saison. Des personnes de tout horizon viennent bringuer sur l'île. Vu la pléthore de bars et de tatoueurs, le schéma des nuits est vite définit dans le coin. D'ailleurs, je suis sûrement le seul non tatoué de Lonely Beach.

 

Avant de rentrer, j'engloutis un grec histoire d'éponger sainement les verres basculés. Et je monte derrière Émilie, il me faut un peu de courage ;-)

 

Pas de problème pour m'endormir sur mes deux oreilles pour la dernière nuit sur Koh Chang. Pendant qu'Emilie complote à mon insu jusqu'à 1h du mat... 

Amari Resort

côte car la météo n'est pas clémente avec nous, mais alors pas du tout. Et Koh Chang ou Koh Samet sous la pluie, ça risque d'être très frustrant...

 

Émilie se réveille en me souhaitant un joyeux anniversaire. C'est vrai que je suis un peu déconnecté des jours depuis le départ. Je n'ai pas vu le jour glorieux de ma naissance approcher !!! Nous descendons prendre le petit déjeuner en bord de plage. Le ciel est toujours couvert mais il ne pleut plus.

 

Émilie se propose de s'occuper des transports et de ramener le scooter. Pendant ce temps, je me pose tranquillement. Elle en profitera pour passer voir Nathalie qui nous avait proposé de prendre un café avec elle.

 

Une fois Emilie partie, j'en profite pour chercher une solution pour réparer le PC. Mais il semblerait que le temps veuille aussi me faire un cadeau : le soleil pointe son nez, j'ai une fenêtre de beau temps je compte bien en profiter. Je saute dans mon maillot de bain et descend à la plage.

 

Le temps pour moi de me glisser dans un transat,

L'astre du jour m'envoie ses doux rayons chaleureux,

Ne sois pas brutal avec ma peau trop peu mate,

O soleil mon ami tu me rends tout heureux.

(Oui quand je suis heureux je fais des alexandrins^^)

 

La mer est chaude (28 degrés) et avec le soleil la plage prend un aspect idyllique. Ca fait plaisir ! Mais cela ajoute un peu de frustration, par rapport aux 3 jours que nous venons de passer sur l'île.

 

Émilie m'a dit qu'elle serait à l'hôtel à midi avec le taxi pour partir. Vers 11h20 je prends les sacs (plus de 30kg sur le dos) pour descendre à la réception et profiter du temps restant pour essayer de reflasher le BIOS du netbook. Je demande au lady/Boy si elle a un PC de dispo avec une clé USB à me prêter. Je lui explique que je dois essayer de réparer mon PC et la surprise, il s'avère que c'est un(e) vrai(e) pro de l'informatique et qu'elle connaît la procédure de flashage. Inattendue celle là !!! Mais le temps d'installer un poste de travail, Émilie arrive avec le taxi. Je m'excuse auprès du thaïlandaise (je sais plus comment la nommer moi !) et saute dans le pickup.

 

En route, je demande à Émilie le déroulement de la journée, elle me réponds avec un (joli) sourire amusé que je verrais bien. En fait, cette petite cachotière me prépare une surprise depuis la veille avec le concours de Nathalie.

 

Nous arrivons au Amari Resort, hôtel 4 étoiles siouplait ! Nous avons droit à notre petit breuvage de bienvenue (fleur de pandanus). Mais la chambre n'est pas encore prête. Une des employées nous amène au restaurant de l'hôtel pour patienter. Juste à côté des piscines, dont une est en fait un bassin à débordement de 50m de long pour 8 mètres de large. Le tout face à la mer bien sur. Cool, nous allons pourvoir faire un peu d'exercice je commençais à m'enpater.

 

Finalement, la chambre sera prête au bout d'une vingtaine de minutes. Et elle est belle la chambre ! Le lit est sûrement le plus douillet que nous ayons eu depuis le début du voyage. La salle de bain est tout confort avec douche et baignoire et le minibar contient même une boîte de condoms (en supplément). Le fait de nous contenter de peu au quotidien nous permet d'apprécier encore plus les "petits" plaisirs comme celui ci. 

Par curiosité, nous avons jeté un coup d'œil à la carte du restaurant. Vu les prix nous gardons ça pour le repas du soir. Nous irons manger à l'extérieur pour midi. Pendant le temps de notre repas, un violent orage éclate, recouvrant de 5cm d'eau les routes en moins de 15 minutes. Nous resterons à l'abri dans le restaurant le temps que l'orage se calme.

 

Cette forte pluie a eu l'avantage de faire partir tous les touristes de la piscine. Nous avons le grand bassin pour nous seuls pendant au moins une heure. Puis la pluie revient. Nous retournons nous mettre à l'abri dans la chambre. La petite heure de natation nous a vanné, nous commettons l'erreur de s'allonger sur le lit... pour se réveiller 2h plus tard.

Je vais faire un tour dans les environs pour prendre un peu l'air (et la pluie). J'en profite pour faire le tour des quelques tours operators qui sont restés ouvert pour la basse saison, histoire de checker le prix des transferts jusqu'à Bangkok. Ici, les prix tournent aux alentours des 800baths par personne, contre 450 là ou nous étions la veille.

 

Je rejoins Émilie à l'hôtel pour aller nous faire masser (ben quoi, c'est quand même mon anniversaire!) mais le temps de nous préparer, le salon de massage en bord de mer vient de fermer.

 

Tant pis, nous irons juste manger au restaurant de l'hôtel. Mais avant de sortir, nous nous faisons une petite beauté, cela fait longtemps...

 

Le repas est, certes, cher mais très bon. Et il est accompagné par des chansons interprétées par un groupe se composant de deux filles et un homme. Ils ont beaucoup de talent et leur énergie nous entraîne. J'aurai même droit à un "happy birthday" spécialement pour moi !! Émilie n'y ai pour rien, c'est le serveur avec lequel nous avions discuté un peu avant qui a tout manigancé !

 

Après ce repas bien agréable, nous passons un moment dans le jacuzzi extérieur. Pas de bol, il est éteint... Mais le jardin tout illuminé de l'hôtel est tellement beau, que nous ne prêtons même plus attention à notre jacuzzi sans bulle !

 

Détendus, nous allons nous coucher dans le confort de notre lit si grand que même mes pieds ne dépassent pas ;-)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Romain (lundi, 21 juillet 2014 09:12)

    Sympa cette journée anniversaire! Et un blâme pour moi, j'avais également oublié le "jour glorieux" de ta naissance. Rassure moi la St Narcisse ne tombe pas le 28 février ? Bon anniversaire avec le décalage horaire! Bises

  • #2

    romain (mercredi, 23 juillet 2014 16:15)

    Je te pardonne dans ma grande bonté d'âme hihihi

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!