Baie d'Halong

En route vers une des 7 merveilles

Par Emilie

 

Pendant notre séjour à Hanoï; nous passons devant une agence proposant des excursions. Justement nous voulions faire une croisière sur la Baie d'Halong. Nous entrons, d'abord dans le but de nous donner une idée des prix. Nous avons lu dans les guides de se méfier des prix trop bas : ce sont souvent des offres attractives pour des prestations qui peuvent devenir dangereuses ! Des sorties avec des bateaux vétustes, des consignes de sécurité non respectées et un équipage non formé. Ainsi, des accidents et naufrages ont déjà eu lieu et des touristes y ont parfois perdu la vie.

Nous nous sommes renseignés et connaissons la fourchette de prix raisonnables pour une croisière en toute sécurité.

L'offre nous paraît correcte et l'agence sérieuse. Nous partirons donc le lendemain matin pour une croisière de 3 jours / 2 nuits sur la magnifique Baie d'Halong ! Cela nous fait drôle à chaque fois car ce sont des lieux dont on a entendu parler à la télé ou dans les magazines, et nous les découvrons les uns après les autres. Ils deviennent réels pour nous !

 

Ce matin, notre bus doit venir nous chercher à l'hôtel à 8:15 pour nous emmener à l'embarcadère. Nous nous levons suffisamment tôt pour avoir le temps de prendre notre petit déjeuner et rassembler nos affaires pour rendre notre chambre.

 

8:12, nous faisons le pied de grue dans le hall de l'hôtel. 8:15, un bus portant le nom de l'agence dans laquelle nous avons acheté notre croisière passe devant l'hôtel.... mais ne s'arrête pas ! Bizarre... Romain décide d'appeler l'agence : "oui oui, il arrive dans 10mn !" Mouai... Il nous avait un peu zappé en fait !

Le bus revient et cette fois, nous sommes invités à monter à son bord !

C'est un petit bus d'une vingtaine de places. Il s'arrête devant d'autres hôtels pour récupérer d'autres participants à la croisière et, comme d'habitude, nous voyagerons dans un bus plein à craquer ! Très peu d'espace pour les jambes et 3 heures de trajet en mode "conduite à la Vietnamienne", normal : ça va bien se passer ! À chaque bosse ou défaut sur la route (et Dieu sait comme il y en a beaucoup) , on fait un bond de 10cm sur le siège. Heureusement la clim fonctionne bien, nous ne souffrirons donc pas de la chaleur, c'est déjà ça. On nous distribue même des petites bouteilles d'eau.

 

Pour résumer nos 3 heures de trajet : Klaxon à gogo, coups de frein brusques fréquents, un arrêt devant un grand magasin où d'autres bus arrêtent d'autres touristes, histoire de faire marcher les commerces du coin... Le jeune garçon qui nous servira de guide se présente. Si l'on oublie son nom, on a le droit de l'appeler Jason. Bon, et bien ça sera Jason pendant 3 jours ...! Et notre chauffeur de bus, lui, se fait appeler "Mister Success". Est-ce censé nous rassurer ?... Jason nous explique aussi le déroulement de notre croisière : visite de grotte, kayak dans la Baie d'Halong, pêche, cours de cuisine, temps libre à la plage... Ça s'annonce plutôt bien !

 

Welcome a board

Nous arrivons à l'embarcadère vers midi. Nous montons à bord de notre bateau : au premier niveau, des cabines, au second une salle de restaurant et sur le toit du bateau, une terrasse avec des transat.

Nous prenons d'abord possession de nos cabines. Elles sont toutes en bois, assez joliment apprêtées et sont climatisées... de 19h à 7h.

 

Nous naviguons entre les centaines de géants de pierre composant la Baie d'Halong. Le décor est évidemment superbe. La mer étant calme, nous distinguons bien la forme des roches et l'on constate que leur partie immergée est plus fine que celle qui sort de l'eau. Ces roches ont différentes formes et peuvent atteindre jusqu'a 20km de pourtour. Plus on s'approche du large et plus l'érosion marine les a travaillées, creusant de véritables grottes à l'intérieur. Il y a en tout 1969 îles karstiques composant le karst marin le plus important du monde. Certains passages conduisent à de véritables lacs intérieurs. Une légende dit que les montagnes ont été immergées dans la mer après qu'un dragon ait plongé dans ses eaux, ne laissant apparaître plus que les sommets. Et le dragon sommeillerait encore dans la mer...

 

1er arrêt : les grottes surprises. Nous n'avons pas bien compris pourquoi elles sont appelées "surprises" mais soit ! Nous commençons par monter une cinquantaine de marches avant de commencer à sentir la fraîcheur de la grotte nous chatouiller les jambes. Que c'est agréable ! Évidemment, les vendeurs de boissons, nourriture et souvenirs nous attendent et nous interpellent déjà. Nous déclinons gentiment leurs offres et entrons dans la grotte. C'est grandiose ! Une fois encore nous sommes subjugués par la force de la nature ! Parfois, nous devons nous faufiler entre les roches pour passer d'une cave a l'autre. Les jeux d'éclairage magnifient chaque cavité et rendent les stalactites et stalagmites encore plus impressionnantes.

LA MINUTE PHOTO ARTISTIQUE

Une fois la grotte visitée, nous repassons bien sur devant les étals de souvenirs et gadgets que l'on retrouve dans tout endroit touristique. Puis, on nous invite à revêtir des gilets de sauvetage et à monter à bord de kayaks pour une petite virée en autonomie d'1/2 heure dans cette partie de la Baie d'Halong. Les gilets de sauvetage sont aux couleurs locales : la plupart ont la fermeture éclaire cassée, n'ont plus de sifflet et tous sont de taille XXL, n'en déplaise aux petits gabarits. D'ailleurs, près de la moitié des kayakistes quittent leur gilet une fois sur l'eau... Si le matériel fourni nous fait sourire, le décor, lui, nous ravit !

Nous ramons tranquillement entre les géants de pierre, observant d'un peu plus près l'œuvre des sels marins et du temps... Le ciel est couvert, il assombrit l'eau et le paysage et nous le découvrons donc sous des couleurs différentes de celles des cartes postales. De temps en temps, un rayon de soleil fait scintiller la surface de l'eau, c'est vraiment très beau !

Au détour d'un rocher, nous découvrons dans la pierre creusée, un autel décoré de fanions et de cierges. En fait, il y en plein d'autres comme celui-là, déposés dans les creux d'autres rochers. Au Vietnam aussi, on note une grande dévotion à la religion.

 

Nous retournons tranquillement au ponton où notre bateau est amarré. Nous sommes en train de nous faire doubler par un autre couple de kayakistes ! Comment ça ?! Pas question de se laisser doubler ! Nous accélérons la cadence, Romain oriente l'embarcation et moi je rame de toute mes forces ! Évidemment, nous repassons devant tout le monde. Non mais...

 

Et comme on dit : après l'effort, le réconfort ! Le bateau nous emmène maintenant sur une plage pour une heure de baignade. Bon, nous avons vue sur tous les bateaux d'excursion et l'eau n'est pas franchement propre puisqu'elle accueille les déchets de ce peuple qui n'est pas encore assez sensible à la protection de son bel environnement... Mais qu'importe ! On n'est tout de même en train de faire trempette dans la Baie d'Halong !!

 

Il est temps maintenant de regagner notre bateau. Nous allons prendre une douche dans notre cabine. Romain est prêt avant moi, il monte m'attendre sur la terrasse, au dernier niveau du bateau. Pendant que je me change, j'entends une voix qui appelle depuis l'extérieur. Et là... De la fenêtre de la cabine, je vois une femme sur une barque pleine de nourriture et boissons qui m'interpelle pour me vendre quelque chose !! Je n'en reviens pas !! Je lui fait signe que je ne veux rien et tire le rideau ! Moi qui pensait être à l'abri des regards indiscrets en pleine mer...! 

Nuit en mer

Je rejoins Romain sur la terrasse. Un vent agréable souffle un peu, l'air est doux. Installés sur un transat, un cocktail à la main, nous admirons le coucher de soleil...

 

Après le dîner, on nous propose une partie de "squid fishing" à l'avant du bateau. Nous sommes en pleine conversation avec un Néo-Zélandais, enfin... Surtout Romain parce que moi, je suis un peu larguée avec son accent..! J'écoute et j'en prends de la graine. Nous finissons par rejoindre le reste du groupe sur la coque à l'avant du bateau. D'emblée, quelqu'un me tend une canne à pêche en me disant qu'il n'a pas suffisamment de patience pour se livrer à cette activité! Je prends la canne : bâton de bambou avec un fil de pêche accroché à une extrémité et au bout duquel pend un appât en plastique vert fluo. À l'ancienne !

Je m'associe donc sur le bord de la coque, les jambes au dessus de l'eau, aux côtés de 3 autres camarades de croisière. Une lumière dirigée directement sur l'eau éclaire une zone, ce qui attire les "squid". Ce sont de petits poissons qui ressemblent à des seiches, qui ont d'ailleurs eux aussi une poche d'encre. On en trouve dans tous les restaurants et dans de nombreux stand de street food. Comme la zone éclairée est déjà occupée, je pêche à côté, en essayant de m'en rapprocher. Mais rien ne se passe...

 

Pendant ce temps, Romain s'est mêlé à un petit groupe qui achète de la bière à une femme en barque. Ce n'est pas la même qui m'a interpelée tout à l'heure mais elle à la même embarcation. Et bien sur, elle vend ses bières moins chères que sur notre bateau. Sauf que si un membre de l'équipage nous voit faire, nous devrons leur payer 1$ de taxe par bière achetée. La seule personne que cette femme en bateau dérange, c'est moi : son bateau n'arrête pas de dériver sur ma zone de pêche ! Agacée, j'attrape une petite serviette posée dans son bateau juste à côté d'elle avec ma canne ! C'est tout ce que je réussirai à remonter... Ça aura au moins eu le mérite de faire rire l'assemblée...

Je pêche avec les uns, Romain boit avec les autres ! Et cela va durer plus de 2 heures sans qu'aucun membre de l'équipage ne vienne nous voir ! Ils sont tous à l'intérieur autour d'une table, avec un jeu de cartes et... des bières !

 

Au bout de 2 bonnes heures à attendre qu'un squid morde, on aura vu passer une dizaine de méduses, des bouteilles en plastique, des restes de légumes provenant sans doute du marché flottant, une paire de chaussures, un petit crabe... Un de mes coéquipiers aura fièrement remonter, percer les poches d'encre et relâcher une dizaine de squids. Je profite du forfait de certain pour me mettre directement sous la lumière. Au bout de 2 minutes, je sens une résistance dans ma canne ! Je crie "YES ! " tout le monde se tourne vers moi, c'en est un gros en plus ! Qui réussi à retomber dans l'eau avant que je ne l'ai totalement remonté... Looseeeeeer ! Bon d'accord, la pêche, je laisse tomber...

Un membre de l'équipage descend nous voir sur la coque. Il est tellement bourré qu'il ne capte même pas que la moitié du groupe a une bière à la main. Il se racle le fond du nez puis la gorge, crache ce qui l'encombre dans un bruit on ne peut plus glamour, tente de pêcher pendant une minute puis remonte ! Nous sommes entre de bonnes mains !

 

Il est temps d'aller nous coucher maintenant.

La mer est calme, on ne dirait même pas qu'on est sur l'eau ! Seule une pluie battante nous réveillera vers 4h du matin, mais sans plus.

 

Perles et bungalow

Ce matin, réveil difficile à 7h30. Et ici, quand on veut être sur de vous réveiller, on emploie la manière radicale : on coupe la clim dans les cabines ! La température remonte très vite et il devient difficile de rester dans les cabines.

En bons routards que nous devenons, nos sacs et nos affaires sont prêts depuis la veille, ainsi, en 20mn, nous sommes levés, rafraîchis par une petite douche matinale, habillés, la cabine est passée au crible pour être sur de ne rien oublier et nous sommes prêts à partir!

 

Le temps de prendre un petit déjeuner et notre bateau fait un premier arrêt dans une fabrique de perles. Il y a d'abord une petite exposition des différents types d'huitres et de perles. Puis, nous observons des employés assis chacun à une table sur laquelle sont disposés des outils. D'abord, ils coincent une huitre dans une sorte d'écarteur qui la tient entrouverte (oui, bon, esprits mal placés, s'abstenir...). Ensuite, ils font de petits points de colle à l'intérieur de l'huître, puis y déposent des perles factices. De cette façon, l'huître va produire de la nacre autour du corps étranger pour protéger son organisme. Donc sachez que l’interieur des perles est souvent en plastique. Nous ressortons de cet atelier pour rejoindre une bijouterie dans laquelle sont vendus plein de bijoux fabriqués à partir des perles. Certaines sont même colorées. Les bijoux se vendent d'environ 50 à 800 $ ! À l'entrée de cette bijouterie, se tient un homme âgé. Devant lui une table avec une bassine contenant plein d'huîtres. Il en ouvre une devant nous. Notre guide nous dit que si nous avons de la chance, nous pourrons voir une perle dans cette huitre. Et évidemment, c'est notre jour de chance ! Ça ne sent pas du tout le scénario joué 20 fois par jour et qui réussit à tous les coups !

 

- photos -

 

Nous regagnons le bateau qui nous dépose ensuite sur une petite crique. Nous marchons sur un ponton, découvrons une série de petits bungalows de bois avec vue sur la plage. Et à une cinquantaine de mètres une terrasse de restaurant abritée par une pergola.

Tout d'abord, on nous explique le déroulement de la journée et on nous attribue nos bungalows. Simplement meublés mais bien décorés, et avec une vue sublime sur la plage, ils sont plein de charme ! Par contre, pas de clim, juste un ventilateur. On est au bord de la mer, espérons que les nuits soient plus fraîches.

 

Le programme de la journée est simple : farniente, repas du midi, farniente, repas du soir et farniente ! Ah ! Et si le farniente nous ennuie, des kayaks sont à notre disposition. Nous profitons donc de ce "time off" pour nous poser tranquillement à notre bungalow et avancer un peu sur nos récits de voyage, travail entrecoupé de baignade pour se rafraîchir et d'une partie de ping pong les pieds dans le sable. Romain profite d'un passage nuageux masquant le soleil pour aller courir sur la plage. Mais dès que celui-ci réapparaît, cela devient vite intenable. Nous tentons à un moment de nous installer sur des transats, mais ne réussissons pas à y rester très longtemps, le soleil étant vraiment fort.

 

En fin de journée, la marée monte, il n'y a presque plus de plage, l'eau atteint pratiquement le pied du muret. Certains bungalows montés sur pilotis sont au-dessus de l'eau. Cet endroit est vraiment plein de charme. Nous dinons sur la grande terrasse couverte. En effet, l'air est plus frais qu'en ville, on aurait presque quelques frissons ! Un buffet a été installé, toujours bien garni. Une fois le repas terminé, nous discutons un peu avec un jeune couple allemand puis allons nous coucher. Nous aurons le privilège de nous endormir bercés par le bruit des vagues venant s'échouer sous le bungalow voisin... Douce nuit...!

Direction Catba

On prend les mêmes et on recommence ! La méthode de la veille pour nous sortir de notre sommeil ayant bien fonctionné, ce matin, nous sommes à nouveau réveillés par une chaleur étouffante. Il n'est pas tout à fait 7h, nous sommes en nage, le ventilateur s'est arrêté et impossible de le remettre en route. Un peu irrités par ce réveil désagréable, nous décidons de prendre une douche fraîche. Sauf que la lumière de la salle de bain ne fonctionne plus non plus ! Cette fois, ils ont carrément coupé le courant dans tous les bungalows ! Grrrrrrrrrrr ! Nous pouvons comprendre qu'ils aient un timing à respecter, mais ces méthodes sont vraiment plus que moyennes. Le petit déjeuner a intérêt à être bon, sinon, je risque d'être de mauvaise humeur toute la journée ...

Nous sortons du bungalow... La superbe vue suffit à apaiser un peu les tensions. Et le petit déjeuner est assez bon et bien complet. Bon, ça va pour cette fois...

 

La marée étant basse, nous pouvons rejoindre une plage déserte juste en face de la notre. Il y a des milliers de petits crabes et coquillages qui grouillent et s'arrêtent net à l'approche de nos pas. Une fois la petite plage atteinte, on se rend compte qu'elle n'est pas si déserte que cela : un gros morceau de polystyrène s'y est installé. Décidément, cette pollution nous surprend à chaque fois. Et pourtant il parait que de gros efforts sont fait depuis quelques années sur la Baie d'Halong, car cela était pire il y peu de temps. Nous n'osons pas imaginer !

 

Nous revenons sur notre plage, devant les bungalows. Le soleil, jusqu'ici caché derrière les roches qui entourent les lieux, fait son apparition. Il est temps de se mettre à l'ombre de notre bungalow. Romain tente à un moment une petite séance bronzage sur un transat mais il est très difficile de rester plus de 15 ou 20 mn. De mon côté, je vois que la marée remonte doucement par un côté, j'ai envie d'aller m'y baigner pour me rafraîchir. S'y baigner, c'est possible mais s'y rafraîchir, c'est une autre histoire. Je cours jusqu'à l'eau car le sable m'ébouillante les pieds. Sauf qu'une fois dans l'eau qui m'arrive aux chevilles, elle ne me rafraîchit pas du tout : à cette profondeur là, elle doit faire 35° !! Elle est certainement plus fraîche un peu plus loin mais je préfère faire demi-tour ! Une douche fraîche fera l'affaire !

 

Il est 11:30, on vient nous chercher pour monter sur un bateau qui doit nous emmener à Catbat. Ce bateau est plus petit et plus rapide. L'homme qui est aux commandes du bateau est plutôt sympathique, lui, et fait même un peu d'humour. Il slalome entre les nombreux bateaux du marché flottant en feignant de ne plus savoir où aller. Nous arrivons au débarcadère de L'Ile de Catbat. Une navette nous y attend. Notre navigateur nous explique qu'il nous faudra revenir ici demain matin pour rentrer à Hanoi et qu'il faudra être là à 7h15. Il insiste : "seven fifteen, not fifty : fifteen". C'est noté, visiblement, nous avons intérêt à être à l'heure !

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Alain (mercredi, 18 juin 2014 08:04)

    C'est beauuuuuuuuuuuuuu merci les amis!

  • #2

    Marlène (dimanche, 22 juin 2014 18:52)

    Trop bien cette croisière!!!!! Trop la chance!!! Bisous bisous!

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!