Road trip campervan part 1

Le campervan en relocation

En arrivant à l'agence Apollo de Cairns, il nous semble bien que notre interlocuteur a un accent français... Bien vu ! Non seulement David est français, mais en plus, il vivait à Saint-Alban Leysse ! Le monde est vraiment petit ! Tout en discutant nous faisons l'état des lieux du véhicule. Nous avons trouvé ce contrat de relocation pour voyager à moindre prix. Il s'agit de ramener le van à Brisbane après qu'un client l'ai laissé à Cairns. Nous profitons donc de l'occasion pour rallier Brisbane en nous arrêtant le long de la côte Est pour camper. Nous avons 8 jours avant de rendre le van, nous comptons bien en profiter.


Nous prenons place dans le campervan et c'est parti pour 8 jours de trip avec pas moins de 1900 km à parcourir pour atteindre Brisbane !

Notre van est un Toyota LWB, assez récent, tout équipé avec un hitop (toit surélevé). À l'intérieur, nous avons quelques placards, un évier, une mini cuisinière à gaz, de la vaisselle, des banquettes convertibles en un grand lit, une table d'intérieur, une table et deux chaises d'extérieur et de nombreux accessoires. Le toit surélevé permet d'avoir des rangements que l'on peut aussi transformer en lit. La conduite est souple et agréable. Le top !!

Nous faisons un premier arrêt pour faire des courses. En sortant du supermarché, je propose à Romain de démarrer pendant que je reste a l'arrière pour ranger les courses. Erreur de débutants !! Au premier virage, les tiroirs et placards s'ouvrent sur moi, des affaires me tombent dessus... Je décide de verrouiller tous les placards et tiroirs et de m'asseoir sur une banquette en attendant que Romain se gare. Pendant que nous sommes à un feu rouge, je me lève juste pour voir si j'ai le temps de me rasseoir devant. Romain n'a pas vu que j'étais debout, le feu passe au vert, il redémarre. Je pars vivement vers l'arrière, tombant assise entre les deux banquettes, sur le sac de Romain qui était justement posé là ! J'ai eu de la chance, je suis tombée pile au bon endroit, sinon, ça aurait pu faire mal !
Je comprends maintenant pourquoi il est interdit de rester à l'arrière d'un van ou d'un camping car en marche...

Nous prenons la route vers notre première étape : Mission Beach. La route est entourée de champs de canne à sucre à perte de vue (ça en fait des Mojitos...). De temps à autre la circulation est stoppée par le train qui achemine les récoltes. Nous finissons par atteindre Mission Beach en fin d'après midi mais les camping gratuits sont tous complet. Nous prendrons le risque de faire du camping sauvage pour cette nuit en espérant que les rangers ne nous trouvent pas !


Nous nous rendons donc à la jetée et nous garons contre une haie, afin d'être un peu isolés.
Nous sortons la table et les chaises et prenons notre premier dîner de vrais routards !
Quelle super sensation ! Pouvoir se déplacer, manger et dormir grâce à une maison sur roues ! La voilà la liberté, la vraie ! Après une petite balade digestive sur la jetée, nous installons le lit et passons notre première nuit en camping sauvage ! Le lit est confortable mais nous avons eu froid ! Il ne faut pas oublier que l'hiver n'est pas encore terminé et si les journées sont agréables et ensoleillées, les nuits sont encore bien fraîches !


Rafting sur la Tully River

Nous nous réveillons le lendemain avec le bout du nez tout froid ! Difficile de se sortir du lit... Mais nous devons nous faire violence ! Ce matin, nous avons rendez-vous à Tully, au centre de loisirs avec lequel Vicki et Byron nous ont réservé une journée rafting.
Nous sommes dans les premiers à arriver au centre Raging Thunder White Water.
Après nous avoir donné de nombreuses explications dans un anglais que nous avons eu un peu de mal à comprendre, un des organisateurs nous distribue une fiche à compléter. Outre les renseignements d'usage, sur cette utile nous pouvons lire les conditions à accepter avant de partir au rafting, et notamment, il y a une sorte de décharge : "je reconnais avoir été informé(e) que cette activité présente des risques pouvant entraîner des blessures ou la mort..."

On ne peut s'empêcher de repenser aux activités ou excursions que nous avons fait en Asie. Nous imaginons une sortie rafting là-bas : on vous donne vos gilets de sauvetage (sans en garantir l'état !) vos rames et votre embarcation et c'est parti ! Pas de paperasse mais sûrement plus de risques !!
Un bus nous emmène jusqu'au départ du parcours de rafting. Pendant 1h30, nous roulons sur une route de montagne, au milieu de kilomètres de forêt. Il pleut mais nous gardons bon espoir que le ciel se dégage : en Australie, la pluie ne dure jamais très longtemps !

Et cela se vérifie : le soleil pointe le bout de son nez lorsque nous arrivons au départ du parcours. Nous nous équipons au bord de la route et descendons notre embarcation jusqu'à la rivière. Nous serons avec deux allemandes et deux français. Les deux allemandes, Mariana et Jessi, sont sœurs et les français, Jérémy et Tamara, frère et sœur. Jérémy vit et travaille en Australie depuis 4 ans maintenant et Tamara est venue lui rendre visite. Il fait également du kite, ce qui, forcément, fait l'objet d'une grande conversation avec Romain !
La descente en rafting est super. Notre "coach" est très sympa et à des airs de Robin Williams ( dont nous venons justement d'apprendre le décès, paix a son âme...).
Les consignes sont simples : forward paddle, back paddle, jump on the left, jump on the right, hard paddle...! Il y a quelques passages délicats mais dans l'ensemble, c'est assez cool.

À un moment, notre coach nous demande de tous nous tourner vers lui. Nous tournons donc le dos à la rivière. Il nous fait poser les rames. Il pagaie seul tout en nous parlant.  Soudain, nous chutons de 2 mètres et finissons tous dans l'eau. La sensation était vraiment vive car chuter en tournant le dos au vide, ça fait bizarre ! L'eau était bien froide et la digestion pas encore terminée. Ce qui nous a valu un petit vomito allemand ;-)
Nous nous sommes ensuite arrêtés près d'un rocher duquel ceux qui le souhaitaient pouvaient sauter. Jérémie, Romain et moi y allons. Un saut de 4 ou 5 mètres environ. Et toujours une eau vivifiante ! Heureusement, le soleil nous réchauffe.

A la fin de la journée, Romain et moi repartons à bord de notre van. La fin de la journée est déjà bien entamée et nous ne souhaitons pas rouler de nuit car nous savons que de nuit, certaines routes sont très fréquentées par les kangourous et nous ne voulons pas prendre le risque d'en percuter un. En ville, nous avons croisé l'un des organisateurs du rafting qui nous a gentiment indiqué un camping gratuit à Tully.
C'est une petite aire en bordure d'une voie ferrée. Il y a des toilettes mais malheureusement pas de douche. Tant pis, nous prendrons notre mal en patience...

Hippies or not hippies ?

Le lendemain matin, nous partons assez tôt. Nous avons contacté Jarrah, l'un des neveux de Byron dont ce dernier nous avait gentiment donné les coordonnées. Jarrah habite près d'Airlie Beach, notre prochaine étape. Il nous a laissé son adresse par texto et nous propose de le rejoindre directement chez lui. Nous sommes encore une fois agréablement surpris par cette attitude chaleureuse dont beaucoup d'australiens font preuve.
Lorsque nous l'avons contacté, nous avons recommencé notre SMS plusieurs fois car nous ne savions pas comment le tourner. Et oui, pas facile, nous n'avons pas l'habitude de tant d'hospitalité et de confiance ! Que dire ? "Salut Jarrah, on ne se connait pas, tu n'as jamais entendu parler de nous mais ton oncle nous a laissé ton numéro. Nous passons par chez toi, peux-tu nous héberger?!"
Nous finissons par envoyer un message en espérant ne pas avoir l'air trop intrusifs. Et la réponse est quasi instantanée ! "Oui, Byron m'a parlé de vous ! Pas de souci, nous avons une place pour garer votre van. Dites-moi quand vous arrivez, je vous expliquerai comment venir !"
Ici, il ne faut pas trop se poser de questions, les gens sont cool !

En attendant, ce matin, nous prenons notre petit déjeuner face à la mer dans la petite bourgade de Cardwell : un parking désert face à une mer bleue turquoise, quelques palmiers et un chemin en béton longeant la plage, sur lequel les plus matinaux se prêtent à un jogging ou à une balade avec leur chien. Les gens qui passent nous saluent, un homme âgé s'arrête même pour discuter un peu ! Cet état d'esprit "friendly", on adore !
Nous aurions envie de rester là plus longtemps, mais nous avons pas mal de route jusqu'à Airlie Beach.

Avaler les kilomètres avec notre van sur les routes australiennes bordées de prairies, de bush, de champs de canne à sucre, sous le soleil et le ciel bleu : nous adorons ! Nous surkiffons ! Nous aimerions arrêter le temps et savourer encore plus ces instants de liberté totale dans ces décors magnifiques...

Nous ferons une halte sur l'aire de Home Hill. Quelques autres camping car se sont déjà arrêtés ici.  Il y a des toilettes et des barbecues, et même des douches avec eau chaude. Et tout ça gratuitement en plus le tout est super propre. Quel bonheur de pouvoir enfin prendre une douche ! Et l'endroit est calme, parfait pour faire une pause !
Un petit café, on fait la vaisselle, on range tout et on reprend la route.

Nous arrivons à proximité d'Airlie Beach en fin d'après-midi. Jarrah nous a laissé quelques indications par sms pour nous repérer plus facilement jusqu'à chez lui. Nous tournons sur un chemin en terre, toujours au milieu des champs, cela devient difficile avec le van, on entend la vaisselle qui s'entrechoque dans les placards ! Apres un nouveau cross dans un chemin étroit et accidenté, nous arrivons chez Jarrah à la tombée de la nuit.
Nous découvrons une jolie maison, entourée d'arbre et de forêt. Devant la maison, cinq ou six personnes dont 2 enfants, sont installées sur des fauteuils style canapé, sur la pelouse ! Nous leur signalons notre présence et demandons qui est Jarrah. Une des filles l'appelle et Jarrah sort de la forêt. Grand, svelte, cheveux blonds mi longs bouclés, il nous accueille avec un large sourire. Il nous propose d'installer notre van en lisière de la forêt,en contrebas de la maison. Il nous explique qu'il vient tout juste d'emménager dans cette maison avec quelques amis, et qu'ils veulent y vivre en communauté. Il nous montre les toilettes et la salle de bain et nous dit de ne pas hésiter à nous en servir. Dans la salle de bain, il y a un grand miroir sur lequel ils ont écrit des phrases au rouge à lèvre, sorte de règle de vie façon hippie ! "J'aime la vie, je m'aime, j'aime les autres, je suis reconnaissant envers la vie..."
Jarrah nous emmène ensuite autour de la maison et nous présente le futur temple qu'ils veulent aménager pour y donner des cours de méditation. Il nous emmène ensuite plus bas, dans la forêt, où se trouve... sa caravane ! Il préfère vivre ici, "en connexion avec la nature" ! Il a mis un petit paillasson devant l'entrée, a aménagé une petite terrasse sur laquelle il a installé un canapé avec une guitare posée dessus. Byron nous avait prévenu : "he is a little bit Hippie !"
Jarrah nous explique qu'il fait partie d'un groupe de musique avec 2 autres gars. Il joue de la batterie. Il nous emmène ensuite encore un peu plus bas dans la forêt et nous montre l'endroit où il va méditer tous les matins, au bord d'une rivière.

Nous sommes sans voix ! On ne s'attendait pas à rencontrer de vrais hippies qui vivent en communauté et tout et tout !  C'est une expérience vraiment marrante !
En tout cas, Jarrah semble être un garçon vraiment gentil. Il n'arrête pas de dire que le van est trop cool et que faire un road trip en van doit être trop cool ! Dans la soirée, il vient nous voir et passe sa tête a l'intérieur du van. Il regarde partout dans le van et répète "Coooool ! Coooool !" On ne peut pas s'empêcher de rire !

Dans la soirée, Jarrah nous invite à nous joindre au groupe installé dans la pelouse devant la maison. Difficile de communiquer avec eux, ils se parlent très vite et l'un d'entre eux est Néo-Zélandais : on capte quelques mots par-ci par-là mais ne pouvons pas comprendre la moitié de ce qu'ils disent. Il y a 3 enfants dont on ne parvient pas trop à comprendre qui sont les parents. Ne pouvant pas, une fois de plus, prendre part à la conversation, nous contemplons le ciel. Le ciel étoilé d'Australie est incroyablement beau !
Nous finissons par remercier tout le monde et retourner au van. Nous passons notre première nuit chez les hippies. On ne pouvait pas trouver plus calme comme endroit ! "Peaceful" comme ils n'arrêtent pas de dire !

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Lélé (dimanche, 12 octobre 2014 22:05)

    J'adore, le trip en van, les plages, les "friendly" australian et le ciel étoilé....waaouuuu!!!! continuer à capter à fond tout ce que vous pouvez. 1000 bisous.

  • #2

    Marlène (lundi, 13 octobre 2014 09:25)

    Trop "cool" justement ce petit road trip!! Vous avez dû faire de belles découvertes! Continuez de bien profiter!! Gros bisous!

  • #3

    magali D (samedi, 18 octobre 2014 19:20)

    love and peace 2014, il faut aller à l'autre bout du monde c'est trop fun!!!!!!!!!!
    Petite intervention de devinez qui? Les verts ont gagné à Lorient!!!!!!!!!
    big bisous

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!