Fraser Island

Marcher dans le sable...

Le dernier jour de notre séjour chez Sam et Ernie sera marqué par notre excursion sur Fraser Island. Nous avons rendez-vous à 7h30 à la station service à laquelle le bus pour Fraser Island doit venir nous récupérer.

Sam nous dépose, on est en avance. Parfait, on va pouvoir faire un tour aux toilettes (comme on dit toujours quand je me rends aux toilettes, "ça va faire venir le bus", oui, j'ai comme un don pour ça ;-))
Mais Romain a un mauvais pressentiment : la veille, nous avons vu sur notre voucher que le lieu de ramassage était au surf club de Rainbow Beach. Romain avait pourtant bien précisé au téléphone qu'il fallait nous récupérer à la station service.
Dans le doute, on fini par décider à la dernière minute d'aller au surf club, à 10 minutes à pied. Et bingo ! Le bus est là, il n'attend plus... que Romain et Emilie...! C'est pas comme si nous étions arrivés 1/2 heure en avance ce matin... Bref, merci Romain de nous avoir (encore) sauvé la mise !

Le bus est donc l'un de ses fameux bus 4x4, conçu spécialement pour rouler dans le sable. Il ne peut contenir que 14 passagers. Et attention, nous avons entendu dire que la conduite dans le sable n'était pas simple du tout et pouvait même être dangereuse. Il est donc préférable d'aller sur Fraser avec un chauffeur entraîné à la conduite sur sable.

Après une trentaine de minutes sur la route, nous traversons un parking en terre sur lequel nous pouvons voir tous les conducteurs de 4x4 en train de dégonfler leurs pneus avant de monter sur le ferry. Puis, nous entrons sur la plage, ENFIN ! C'est qu'on s'impatientait ! Le bus monte sur une barge qui va nous permettre de rejoindre Fraser Island. Dans l'eau, nous voyons une quantité incroyable de méduses ! Nous n'avions jamais vu ça ! Il y en a partout, par centaines ! Bon, la baignade aujourd'hui, on oublie...

Une fois débarqués sur Fraser, la balade sur sable peut commencer !

Inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Fraser est la plus grande île de sable du monde avec une superficie de 1 840 km², une longueur de 123 kilomètres, une largeur d'environ 25 kilomètres et un point culminant atteignant 260 mètres d'altitude.
La quantité de sable est telle qu'on prête à Fraser ce type de comparaisons imagées : "l'île contiendrait plus de sable que le Désert du Sahara", ou "la quantité de sable est telle, qu’il serait possible d’en recouvrir la ville de Sydney entièrement !"...
Fraser Island, c'est aussi une île aux oiseaux : plus de 354 espèces y ont été répertoriées ! D'ailleurs, nous dirions même que l'Australie tout entière est une île aux oiseaux ! Nous n'avons jamais vu autant d'espèces d'oiseaux différentes de notre vie.


Enfin, et pour finir avec la "minute culturelle", l'île doit son nom au Capitaine James Fraser dont le bateau s'échoua en 1836 à une centaine de kilomètres au nord de l'ile, avec à son bord, sa femme et une vingtaine d'autres personnes.

Eli Creek et Maheno

Nous commençons la balade sur une plage appelée 75 miles Beach (120 km). Autant vous dire qu'on a de la page à perte de vue ! La marée est basse, nous roulons donc sur le sable dur. C'est génial de rouler comme ça en bord de mer. D'autant plus qu'il n'y a pas un baigneur à l'horizon. En effet, la baignade est fortement déconseillé sur les plages et ce, pour plusieurs raisons : principalement parce que les courants y sont dangereux, et on peut tomber sur des dingos, chiens sauvages qui peuvent être agressifs.

Fraser abrite de nombreux dingos, parmi les derniers de race pure d'Australie. C'est pourquoi les chiens ne sont pas admis sur l'île et des recommandations très strictes sont en vigueur, sur le comportement à adopter si vous rencontrez un dingo, dont la plus importante est l'interdiction formelle de les nourrir.

Nous aurons la chance d'en voir deux : l'un errant sur la plage et l'autre, en train de faire d'une grosse tortue morte son repas... On a beau avoir des réactions spontanées de dégoût en voyant cela, l'expression "c'est la nature", prend ici tout son sens !

Après avoir parcouru de nombreux kilomètres sur cette plage qui n'en fini plus, nous faisons un premier arrêt à Eli Creek. C'est la plus grande crique d'eau douce de l’île mais aussi la plus populaire. Il y a une passerelle en bois qui permet de remonter le cours d'eau. L'eau y est incroyablement claire ! Nous n'avons qu'une demi-heure d'arrêt, et décidons donc de faire demi-tour au bout de quinze minutes de marche. Mais plutôt que de revenir par cette même passerelle, nous décidons de revenir par l'eau qui s'écoule au milieu de la forêt tropicale. L'eau est bien fraîche ! On s'amuse à se laisser porter par le courant jusqu'à la petite retenue d'eau devant laquelle notre bus est garé. Oh et il était temps que l'on revienne, on attend, une fois encore, plus que nous..!

Quelques kilomètres plus loin, second arrêt : la fameuse épave du Maheno, ce navire qui, en 1935, fut projeté par un cyclone sur les côtes de Fraser Island alors qu'il était en plein remorquage de Melbourne vers le Japon. Il avait été utilisé comme navire hôpital durant la première guerre mondiale.

Sa grosse carcasse est donc restée là et fait maintenant figure emblématique de l'île.

Nous prenons quelques photos et remontons rapidement dans le bus. Il y a beaucoup de monde et avec les nombreux 4x4 qui passent à vive allure à proximité de l'épave, c'est limite dangereux.

Le centre de Fraser Island

Parce qu'en plus de ces plages sans fin, une grande partie de l'île est recouverte d'herbe, de buissons, d'eucalyptus et d'acacias. De nombreux palmiers, d'immenses fougères préhistoriques, des kauris (conifères typiques du Queensland) et des satinays (arbre au bois très dur et imperméable) forment la particularité de cette île où la forêt tropicale pousse même sur le sable !
Les paysages sont essentiellement constitués de forêts humides, de dunes de sable et de lacs.

Après le lunch, nous remontons dans le bus et entamons un long périple dans cette forêt incroyable au milieu de l'île. Nous roulons maintenant sur une piste en sable qui traverse la forêt ! Cette fois, le sable est mou et ça secoue comme dans un shaker. Qui n'est pas malade dans ce bus peut crier haut et fort qu'il n'est pas sujet au mal des transports ! En ce qui nous concerne, nous le savons depuis que nous avons pris bus et bateaux en Asie sans jamais être malades ;-)

L'île concentre la moitié des 40 lacs dunaires d'eau douce perchés du monde.
Le lac le plus populaire est certainement le lac McKenzie qui se trouve dans le sud de l'ile. Nous devions y faire un arrêt mais notre guide nous a expliqué que nous pourrions y aller mais pas en revenir à cause de la marée.
À la place, nous faisons une pause bronzage / baignade d'une heure au lac Boomanjin, tout aussi beau. La plage est d'un blanc éclatant et l'eau d'une parfaite limpidité, comme à Eli Creek.
Ce sable presque aussi fin que de la farine nous rappelle celui de Whiteheaven, aux Whitesunday. Quel bonheur de se retrouver là, dans ces superbes décors, sous le soleil, à se baigner dans un lac naturel perdu entre sable et forêt tropicale au milieu d'une île... Le genre de souvenir dans lequel on pourra se replonger dans quelques années, histoire de rêver un peu !
Nous profitons de chaque seconde, d'autant plus que cette heure passe vite !

Nous retrouvons ensuite notre petit groupe dans le bus et nous voilà repartis sur les pistes de sable. Ça secoue de plus en plus ! Nous rejoignons la plage et constatons que la marée est déjà bien remontée. La conduite devient plus sport, nous passons parfois dans l'eau ramenée par les vagues. Jusqu'au moment où nous devons traverser la plage pour récupérer une petite route qui nous ramènera à la barge de ce matin. Et là, c'était prévisible et cela doit même être fréquent, notre bus s'ensable ! Notre chauffeur et guide invite tous les passagers à descendre.

Nous le regardons reculer jusqu'au bord de l'eau, prendre de l'élan et s'ensabler de nouveau au même endroit. Là, tout le monde se précipite autour du bus et pousse, excepté un petit groupe dont je fais partie. Ben oui, il faut bien que quelqu'un filme les exploits des passagers du bus de Fraser Island !

Bref, nous finissons par libérer le bus du sable, remontons tous à bord et nous dirigeons maintenant vers la barge qui nous ramènera sur la côte.


Bye-Bye Fraser Island...

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    GERVASON ALAIN (jeudi, 06 novembre 2014 07:37)

    Magnifique ce sable blanc! Jamais vu un sable aussi blanc!
    Nous ca va bientot être blanc aussi, mais moins agréable de marcher dessus..........plus froid. Bises a vous

  • #2

    Romain & Emilie (mardi, 11 novembre 2014 06:35)

    Le problème avec ce sable blanc c'est qu'il est gênant pour les yeux, il faut garder les lunettes de soleil. Non vraiment, c'est ennuyeux hihihi

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!