Lac Tekapo et Mont Cook

Le lac Tekapo

Si le réveil n'est pas si difficile ce matin, se lever est une autre affaire. Il fait un froid de canard ici ! Les bords du lit, qui n'ont pas été réchauffés par nos corps, sont glacés ! Mais il faut bien se faire violence, nous avons un nouveau paysage magnifique à découvrir ce matin : le soleil et les hauts sapins qui se reflètent dans les eaux turquoises du lac Tekapo.

Je traîne un peu pour allumer mon téléphone. J'imagine que Marie a du répondre à mon mail, mais je préfère garder l'espoir en imaginant une réponse positive, plutôt que de nous confronter directement à une négation... Mais quand faut y aller, faut y aller !
J'allume le téléphone. Les mails se chargent.Il y en a un d'elle ; "Miraculeusement, j'ai deux places qui viennent de se libérer pour le 25 décembre. Si vous les voulez, il faudra me le confirmer au plus vite !"
Woouuh ! Génial. Je renvoie un mail fissa. Oui oui oui ! Bien sur que nous les voulons ! Et maintenant nous allons devoir rester dans la longue attente de la réponse de Marie.

Nous avons prévu ce matin de faire la petite randonnée qui monte au Mont John, au dessus du lac. En plus de nous offrir de superbes points de vue, cette balade aura aussi l'avantage de nous changer les idées !

Après être montés par un chemin qui se faufile entre d'immenses conifères, nous arrivons sur un plateau surplombant un bout du lac Tekapo et ses environs. Et au loin, un superbe panorama sur les Alpes Néo-Zélandaises. Il ne fait pas très beau, le soleil bien présent au réveil, est déjà en train de se faire manger par les nuages. Mais cela n'enlève rien au charme de l'endroit. On se croirait en haute montagne, chez nous !

Nous arrivons enfin au Mont John et pouvons maintenant apercevoir le Mount John Observatory. L'atmosphère au dessus du lac est tellement pure que les conditions d'observations des étoiles y sont parfaites. Pour notre part, nous nous contenterons de la balade diurne, tant pis pour les étoiles... De toute façon, chaque nuit où le ciel est dégagé, pas besoin de télescope, l'observation du ciel à l'œil nu offre déjà un spectacle féerique !

Le vent souffle fort au sommet. Nous admirons la vue un moment. Nous pouvons voir le canal aux eaux bleues turquoises qui serpente au milieu des plaines de tussocks. Et enfin le grand lac Tekapo, devant lequel s'élèvent majestueusement quelques sommets enneigés. C'est encore une fois de toute beauté, une palette de couleurs que le mouvement des nuages nuance, selon qu'ils veuillent ou non, laisser filtrer quelques rayons de soleil.

 

Puis un étroit chemin tracé au milieu de touffes d'herbes tondues par les troupeaux de moutons, nous invite à redescendre tranquillement vers les bords du lac.

Après avoir pris une petite douche en douce dans le camping local (ahhh la joie simple de la douche chaude !), nous rechargeons les réserves d'eau avant de partir. Prochaine destination : le fameux Mont Cook !

Mt Cook Village et Tasman Glacier

La route séparant Tekapo au Mont Cook traverse MacKenzie Country pendant une cinquantaine de kilomètres. Ce sont les paysages du Rohan qui défilent sous le van, de grandes plaines couvertes de red tussocks, une herbe jaunâtre qui leur confère cet aspect désertique et sauvage particulier.  Les derniers kilomètres avant Mt Cook Village longe le magnifique lac Pukaki, 3ème plus grand lac de Nouvelle Zélande qui doit ses eaux turquoises à la "farine de pierre", des particules provenant de l'érosion des montagnes par les glaciers. Nous nous engouffrons dans la gigantesque Tasman Valley, creusée par les glaciers qui en ont façonné les pentes abruptes des montagnes encore enneigées.

Lorsque nous atteignons Mt Cook Village, le premier constat est de se féliciter d'avoir fait le plein avant de venir. En effet, ce doit être le carburant le plus cher du pays ici, au moins 80cs de plus au litre sur l'unique pompe du village ! Après Un passage au Isite pour checker la météo, nous prenons les 15 km de gravel road jusqu'au Tasman Glacier. Une fois au parking, le chemin monte sur la moraine qui s'est formée en barrage, bloquant un lac aux eaux laiteuses entre elle et le glacier. Il y a même quelques icebergs qui flottent tranquillement. Un panneau indique les différents états du Tasman Glacier au cours du dernier siècle. Nous recevons constamment des avertissements sur le réchauffement climatique accéléré par l'activité humaine, bla bla bla, et bien ici cela prend tout son sens. Il est difficile d'imaginer les milliers de mètres cubes de glace qui ont disparu en moins de 100 ans. Le glacier, qui reste encore le plus grand de Nouvelle Zelande avec ses 29km de long, semble être ridiculement réduit par rapport à l'imposante masse de glace qu'il fut, ne serait ce que 40 ans plus tôt.

Nous redescendons au van pour un instant Tim-Tam puis nous allons nous installer au DOC. Ce soir là, une nouvelle épreuve nous attend : il faut rappeler Marie de travelnation pour le verdict sur nos dates de vol entre la NZ et le Chili. Après plusieurs sonneries, elle décroche et semble déjà plus détendue que l'autre jour. Nous récapitulons ensemble nos attentes et après quelques recherches elle nous confirme que des places sont dispos pour le 24 décembre. Elle nous demande si nous les voulons. Oui oui oui oui bien sur ! En trois clics elle nous valide la demande. Ça y est nous allons poursuivre notre périple néo-zélandais jusqu'à Noël. J'aime quand un plan se déroule sans accroc (ou presque...). Nous pouvons maintenant nous coucher, sereins.

Le Mt Cook-Aoraki

La nuit sera fraîche mais le soleil est au rendez-vous le matin et après avoir pris un petit déjeuner de champion nous commençons la randonnée jusqu'au Mt Cook. Toutefois, suite à une erreur de ma part, nous prenons le mauvais départ et montons sur 15 minutes jusqu'à un point de vue, certes de toute beauté mais en cul de sac !

Après être retournés au parking du DOC, nous partons cette fois ci sur le bon sentier. Le niveau de la balade est assez facile, le chemin s'élevant en pente douce quasiment tout le long. Nous passerons trois ponts suspendus qui ballottent un petit peu au dessus du torrent. Durant la montée, le son des avalanches se fait entendre régulièrement et nous avons même la "chance" d'en voir plusieurs en live ! Après une heure et demi de marche, nous arrivons sur le lac Hooker, au pied du terminal du Mt Cook Glacier. La vue est grandiose avec le lac et ses icebergs aux formes biscornues qui flottent lentement vers nous, silencieux. Et en toile de fond, Aoraki, le nom maori du Mt Cook, majestueux, domine l'espace. Les nuages, poussés par les vents violents de la mer de Tasman, sont stoppés par le sommet de la montagne. C'est d'ailleurs la traduction d'Aoraki : le perceur de nuages... Un panneau nous explique que ce massif montagneux stoppe les vents violents et la pluie en provenance de la mer de Tasman. Ainsi, lorsqu’il pleut sur la West Coast, le climat reste sec sur les plaines du Canterbury. D’ailleurs, le temps est en train de changer et le ciel menace de nous tomber sur la tête. 
Nous restons une demi-heure à contempler le spectacle puis nous retournons vers le parking (en courant cette fois-ci). Nous arrivons au van juste avant l'averse, ouf !


Il est temps de reprendre la route vers la côte Est et Dunedin.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    darmezin erika (lundi, 15 décembre 2014 13:43)

    j'adore!!!! bisou

  • #2

    Magali D (dimanche, 21 décembre 2014 19:24)

    Fin du suspens!!!!!!!!!!!!!
    Paysages grandioses, on a l'impression que vous êtes seuls au monde. Super

  • #3

    Emilie et Romain (lundi, 22 décembre 2014 06:57)

    Oui fin du terriblllleeeeeuuuhh suspens !
    Un de nos paysages préféré de l'île Sud.

    Merci Erika. A bientot
    biz

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!