Oamaru et Dunedin

Oamaru

La route traverse le centre de l'ile. Sur le bord de la route, nous apercevons à nouveau ces drôles de fleurs, que nous avons déjà eu l'occasion de voir sur l'île. Ce sont de longues tiges épaisses et solides au bout desquelles se dresse un ensemble de petits pétales parfois roses, parfois violets, ou jaunes... Lorsqu'on les voit de loin, cela donne un joli mélange multicolore parsemé dans des touffes d'herbe.

Après quelques heures de route, nous arrivons enfin à Oamaru, ville située en bord de mer, dans la partie sud ouest de l'île du sud. Au premier abord, la ville n'est pas très jolie mais une fois sortie de la rue principale nous trouvons le centre historique, qui a su garder son charme d'antan.

 

Si nous trouvons rapidement une piscine pour la douche chaude (que nous signalons sur Campermate, ça pourrait servir à d'autres), nous serons moins chanceux avec la laundry, qui en plus de nous monopoliser toute la soirée, ne sèche pas le linge correctement. Va étendre du linge dans un van...


Nous passerons la nuit sur le parking de la bibliothèque pour profiter du wifi. Pas de bol, la bibliothèque est située tout près d'un pub et entre 1h et 2h du matin, nous avons droit à la sortie du pub, avec son lot de mecs bourrés qui chante et crie dans la rue... La nuit sera donc "en pointillé", comme dirait Romain.

Le lendemain, le soleil est au rendez-vous, la couleur de l'eau ressort : on se croirait en Polynésie. Nous avons la chance d'assister au week-end historique de la ville, qui retrace l'histoire de ce port de baleiniers au début du siècle dernier. Engins à vapeur et cornemuses sont de sortie, nous voila replongés dans une autre époque et la plupart des habitants ont joué le jeu. Même Emilie qui nous fera un petit retour à l'année de ses 4 ans, en découvrant l'aire de jeux pour enfants d'Oamaru.

 

Mais Oamaru est aussi célèbre pour ses Blue Pinguins, les plus petits manchots du monde (nous parlons bien d'oiseaux et non pas d'une troupe de nains sans bras). Le soir venu, ils sortent de l'eau autour du port pour regagner leur nids dans les trous de la falaise. Nous avons la chance d'en voir plusieurs à l'écart du groupe de touristes asiatiques agglutinés au bout de la jetée. Ils sont vraiment mignons, du haut de leur 30 cm pour 1kg (les manchots bien sur).

 

Notre séjour à Oamaru sera aussi l'occasion de "tuner" notre van. Romain nous installera un système de double batterie, pour avoir de l’électricité à l'arrêt et surtout pour que nous puissions brancher les appareils le soir, au chaud dans notre lit, sans risquer de devoir pousser le van le lendemain. Une fois la batterie en place, direction Moeraki, où nous devrions trouver une nouvelle curiosité de la nature...

Moeraki Boulders

Nous arrivons dans le petit village de Moeraki en fin de matinée. Comme il est agréable de rouler le long des cotes en van, surtout lorsque le soleil est de la partie ! 

Le village en lui-même n'a rien d'exceptionnel. Mais il y a cette plage à Moeraki, cette fameuse plage de Koekohe, sur laquelle nous pouvons voir les fameux Moeraki Boulders : des rochers tellement parfaitement ronds, que l'on dit d'eux qu'ils ressemblent à des carapaces de tortues géantes ! 

 

En effet, c'est assez surprenant ! Allant de 50 cm de diamètre pour les plus petites à 2 m pour 7 tonnes pour les plus grosses. Certains ressemblent à des gros œufs, ils sont parfaitement ronds et lisses. D'autres ont comme des écailles, et ressemblent en effet à des carapaces de tortues, ou parfois à des ballons de foot ! Comme pour chaque centimètre du territoire Néo-Zélandais, il existe, bien sur, une légende Maori expliquant l'existence de ces boulders : il y a plus d'un millier d'années, les navigateurs maoris ont rejoint la Nouvelle-Zélande en provenance de « Hawaiki », la terre des ancêtres. Lors d'une terrible tempête, un canoë s'est échoué sur la côte. Les restes du canoë et les survivants se seraient changés en pierre...

Quant à l'explication scientifique, il s'agirait de dépôts de calcites autour de noyaux de boue fossilisés. C'est une loooooonnnnngue érosion d'une soixantaine de millions d'années dans le sable, qui aurait donné cette forme sphérique étrange. C'est finalement le même principe que les formations des perles dans les huîtres ! 
Certains boulders sont cassés et nous pouvons voir que l'intérieur est recouvert d'une couleur jaunâtre. Serait-ce donc vraiment des œufs de dinosaures ?;-)

 

A Moeraki, nous nous faisons un petit plaisir, le restaurant Fleur Place. De l'extérieur, le restaurant ressemble à une vieille maison de pêcheur surplombant un superbe panorama sur la côte. À l'intérieur, la déco est rustique et chaleureuse. Les plats ici sont réputés dans tout le pays et les produits viennent directement de la mer. Nous nous régalons !

 

Nous nous remettons en route. Malgré le vent frais, le temps est superbe, ce qui nous permet d'admirer le superbe paysage depuis la scenic road. Comme toujours, c'est grandiose, d'un vert fluo, d'un bleu éclatant, c'est trop beau !

Dunedin : prononcez "Deunideune"

Nous arrivons à Dunedin sous le soleil de fin d'après midi. Dunedin est la deuxième ville de l'ile du sud et possède une architecture remarquable, majoritairement victorienne, j'adore ! Nous commençons par un arrêt à la gare, étant réputée pour être le monument le plus photographié du pays. En effet, elle est impressionnante par sa beauté et sa grandeur. Dimanche oblige, la ville est assez calme. Nous prenons alors la route de la péninsule d'Otago, qui s'étend sur une vingtaine de kilomètres. Un petit coin de nature à proximité de la ville.


Nous nous garons face à la mer. Nous décidons que c'est un bel endroit pour baptiser officiellement notre cher van... Et oui car une semaine plus tôt, nous avons lancé un petit jeu sur notre page Facebook : nous avons demandé à nos amis de nous proposer des noms de van. Celui qui obtiendrait le plus de "like" serait donné à notre van. Emilie nous confectionne un petit autocollant représentant le nom proposé par notre ami Ludo :"OTRA" (On The Road Again) !

Sensation étrange : nous sommes tout heureux d'avoir baptisé notre van ! C'est comme si on l'humanisait un peu... Désormais, quand nous allons au garage, nous disons "faut qu'on emmène OTRA chez le docteur" ou quand on passe l'aspirateur dedans, on dit "faut qu'on nettoie un peu OTRA"... Le voyage et l'éloignement d'avec nos proches nous monte peut-être à la tête, on prend OTRA pour un pote !

Nous visitons la péninsule d'Otago un peu plus en profondeur. Nous prenons une route qui monte jusqu'à un joli point de vue, une large crête, du haut de laquelle nous contemplons en silence l'impressionnant spectacle des vagues qui s'écrasent contre les falaises. Nous apercevons aussi une ou deux otaries qui dansent dans l'eau ! La péninsule est aussi le lieu de ponte des Albatros, ces oiseaux géants qui peuvent voler sur des milliers de kilomètres. Mais comme pour les pingouins à œil jaune, ils ne sont visibles que par tour organisé. Au delà du prix prohibitif de ces "visites", nous pensons finalement que le mieux est de rencontrer un animal dans son milieu naturel, sans le côté artificiel des tours guidés.


La pluie faisant de nouveau son apparition (ah le climat néo-zélandais) nous profitons également d'être à Dunedin pour tester OTRA dans la rue la plus pentue du monde. Baldwin street, de son vrai nom, se situe au nord de Dunedin. Surprenant : c'est une rue résidentielle ! Des maisons se succèdent de chaque côté de cette rue. Ça a du coûter cher en terrassement tout ça ! Mais surtout, on espère que les services de déneigement sont efficaces car, par temps de neige, cette rue est certainement impossible à arpenter, aussi bien en voiture qu'à pied. C'est le moment de tester l'option 4X4 de notre ami OTRA !!Et il monte !! Et jusqu'en haut !! On est fiers de lui et d'ailleurs nous allons même boire une bière pour fêter ça.

Bon d'accord... La bière, ce n'était pas QUE pour la victoire d'OTRA, mais bien pour nous faire plaisir...! Et bonne nouvelle, le soleil fait petit à petit sa réapparition !

Nous passerons encore une nuit sur place avant de reprendre la route du Sud et de la région des Catlins.

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    alexandra (samedi, 20 décembre 2014 21:18)

    Vous nous faites toujours autant rêver... Le départ au Chili est dans quelques jours pour vous, passez de bonnes fêtes, pleins de gros bisous et au plaisir de vous relire bientôt (je crois que j'en ai encore un à lire hihihhi)

  • #2

    papvert (dimanche, 21 décembre 2014 18:56)

    des lupins!!!!!!! Ces drôles de fleurs ce sont des lupins.

    papvert

  • #3

    Romain et Emilie (lundi, 22 décembre 2014 07:01)

    Merci Papveert pour la précision ! Il parait qu'on peut en trouver en Maurienne ? Alors info ou intox ? hihihi

    Bien vu Alexandra, on voit que tu nous suis assidûment. Effectivement dans quelques jours c'est le départ pour le Chili et l'Amérique.
    Biz

  • #4

    ludo (mardi, 23 décembre 2014 07:05)

    Passez de bonnes fêtes les amis
    La bise des jorsin ;)

  • #5

    Émilie Romain (mardi, 23 décembre 2014 07:21)

    Merci les Jorsin !!
    Passez de bonnes fêtes aussi !
    On pensera bien fort à tout le monde...
    Bisous à tous les 3

  • #6

    LESLIE (mardi, 06 janvier 2015 15:29)

    haha!! J'adore le commentaire sur les lupins, j'avais eu le même avec les "bougainvilliers" découvert en Tasmanie...
    Sinon je comprends enfin la galère de Christchurch et son dénouement positif et entraînant pour la suite!!
    J'espère que maintenant OTRA ne vous manque pas trop... ;)
    des biz :) et profitez bien du soleil d'amérique du sud...moi c'est arret et rhinopharyngite :(
    enfin vous me faites rever...... ;)

  • #7

    Émilie (mercredi, 07 janvier 2015 01:39)

    Lol ma Lélé !! Tu me rassure, je suis pas la seule à "découvrir" des fleurs à l'autre bout du monde ;-)
    Rétablis toi bien !
    Big hugs :-*

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!