Golden Bay et Marlborough Sounds

Pupu Springs et Golden Bay

Après ces deux jours de marche, l'heure de quitter l'île Sud pour sa voisine se rapproche. Avant de monter dans le ferry, nous décidons de nous rendre sur la Golden Bay pour combler la frustration de ne pas avoir pu marcher jusqu'au Blue Lake et voir cette eau si pure. En effet, il y a une source près de Takaka connue sous le nom de Te Waikoropupū ou aussi Pupu Springs où l'eau présente la même particularité, une qualité proche de l'eau distillée, qu'on ne retrouve qu'en Antarctique. Le phénomène s'explique par le chemin que doit parcourir la source parmi les innombrables cavités dans les roches de marbres avoisinnantes, agissant comme des filtres. Cette source est bien entendue sacrée pour les Maoris et il est interdit de la toucher, d'y jeter quelque chose ou de manger à proximité.

 

Après avoir franchi le sinueux col de Takaka Hill, nous descendons en direction de la Baie en Or. Et devinez quoi, la pluie fait son apparition, bouchant tout le paysage. Lorsque nous arrivons aux Pupu Springs, le ciel est tout gris et la source est certes claire mais ne présente pas les reflets attendus. Nous retournons au van excessivement agacés par les changements climatiques néo-zélandais. Le temps de se faire un café dans le van et le soleil nous fait l'honneur de sa présence. Vite, nous attrapons l'appareil photo et courons vers la source. Et là le spectacle est époustoufflant : L'eau est d'une clarté presque irréelle. Le fond de la source, pourtant à 7m de profondeur, semble être juste en surface. La perspective est complètement faussée et le fond semble rempli de coraux. Des canards flottent tranquillement et sur le bord nous pouvons apercevoir une poule sultane (prise d'abord pour un Takahé, oiseau rare de NZ). Bref encore une fois le tableau est magique, comme bien souvent dans ce pays (hormis le temps). Nous irons ensuite faire un passage sur la plage de la Golden Bay mais la pluie étant de retour, nous reprenons la route de Nelson pour notre dernière soirée sur l'île Sud.

Picton et les Marlborough Sounds

Après une nuit dans Nelson, nous prenons la route vers Picton et le ferry qui doit nous permettre de rallier Wellington. Notre bateau quitte Picton à 13h15, nous partons tranquillement vers 10h30, ce brave Google nous annonçant 2h de route. La route est marquée par de nombreuses collines complètement déboisées, la filière bois est importante dans la région. Nous ne pouvons nous empêcher de penser à l'aspect de la Nouvelle-Zélande avant l'arrivée des premiers colons, les deux îles étaient recouvertes à 80% de forêts. Aujourd'hui il ne reste plus que 6 millions d'hectares de la forêt originelle (voir le plan interactif ICI).


Nous passons à Havelock, connue surtout pour avoir les meilleures moules vertes de tout le pays. Nous ne pourrons pas nous y arrêter pour une dégustation car le trajet est plus long que prévu et nous sommes en retard. J'appuie sur le champignon pour atteindre Picton avant le départ du ferry. Petite montée de stress, nous arrivons à 13h mais il est conseillé d'être présent une demi-heure avant. Emilie saute du van pour demander au guichet où se trouve l'embarcadère. Arggh il faut retraverser Picton et nous n'avons qu'un plan sommaire. Nous arrivons juste avant la fermeture des portes, nous sommes d'ailleurs la dernière voiture de la file, à deux doigts de rester à quai. Ouf !


Le ferry est énorme, il y a au moins 3 étages de parking et 6 étages pour les passagers avec bars, restaurants et même une salle de cinéma. D'ailleurs ce bateau vient de France car il a été racheté à une compagnie de ferry qui rallie la Corse. Nous nous éloignons lentement de Picton, traversant les magnifiques Marlborough Sounds, une succession de fjords aux abords découpés par les flots réguliers du détroit de Cook. Nous longeons le Queen Charlotte Sounds qui peut être traversé par un des 9 chemins de randonnées du pays, le bien nommé Queen Charlotte Track. Puis nous atteignons le détroit, laissant derrière nous les dernières terres de l'île Sud, Te Wai Pounamu comme l'appelle les Maoris. Pour nous elle restera un souvenir de paysages majestueux et sauvages qui ont su nous apporter ce que nous attendions de la Nouvelle-Zélande, et bien plus encore...

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    papvert (samedi, 10 janvier 2015 23:00)

    je serai peut être le seul à m'intéresser à la déforestation de la NZ
    mais vous l'aurez au moins fait pour moi
    c'est quand même édifiant l'empreinte de l'homme sur son milieu naturel
    édifiant mais affolant !!faut vite que j'y aille

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!