Vina del Mare-Valparaiso

Le réveillon du Nouvel An

En arrivant au terminale de bus de Santiago, nous sommes obligés de constaté que tous les bus pour Valparaiso sont complets. Plus une place de disponible. Nous étions loin de nous imaginer l'ampleur du phénomène. Nous finissons par négocier un taxi à 70000 pesos (soit 95€ quand même). Les routes sont saturées. À tel point que sur la 2x3 voies, deux voies en sens inverse ont été réquisitionnées et basculées pour que la circulation en direction de Valparaiso se désengorge. Il semblerait que notre chauffeur de taxi ait bon espoir de pouvoir deux courses Santiago / Valparaiso aujourd'hui, car il roule n'importe comment ! Slalom entre les voitures, dépassement par la bande d'arrêt d'urgence ou par les voies de stockage... Musique électronique et Ramstein à fond la caisse, clope au bec, la pédale vissée à la moquette... Que de souvenirs asiatiques qui remontent à la surface...

 

Dieu merci, nous arrivons à Viña Del Mare entiers. Il est un peu plus de 16h, c'est parfait, nous avons tout notre temps avant que la fête ne commence. Viña Del Mare nous fait beaucoup penser à une station balnéaire européenne. De hauts immeubles longent le bord du Pacifique, la ville est animée, les coups de Klaxon fusent... Plus nous nous rapprochons de la maison de nos hôtes, et plus le bruit s'éloigne de nous. Nous arrivons dans un joli petit quartier résidentiel. Il fait très beau et chaud, comme un parfum de Provence qui flotte dans l'air. Surprise à l'entrée de la maison, un homme souriant nous accueille ... en français ! Gutberto est chilien mais a vécu 32 années en France. La maison est grande et fraîche. Le plancher qui craque sous nos pieds rompt le silence à chacun de nos pas. Les encadrements de portes sont étroits, nous passons à peine avec les sacs sur le dos ! Et Romain va devoir penser à baisser sa tête avant de changer de pièce ;-)


Ce soir, nous nous mettons sur notre 31 ;-) le jeu de mots est de circonstance mais nos tenues ne sont pas vraiment dignes d'un soir de grande fête ! Enfin, si on se place d'un point de vue de routards : nous sommes quand même super élégants !!

Il est encore tôt, nous décidons de nous rendre sur le front de mer à pieds. Une heure de marche tout de même, pourvu que l'on trouve un bus pour le retour !
Une fois sur place, nous trouvons, pour notre plus grand plaisir, un stand à empañadas avec en prime, des boissons typiques d'ici : jus d'ananas et grenadine surmontés d'une boule de glace ananas : un délice ! Le ciel est déjà en mode festif avec un superbe couché de soleil.


Après un aller retour pour récupérer des vestes (les nuits sont fraîches en bord d'océan), nous sommes de retour, accompagnés des deux colombiennes qui sont avec nous au Airbnb. En plus d'être très sympa elles nous servent d'interprètes. Trop cool! Lorsque nous arrivons sur le front de mer, la foule a doublé voire triplé. Petit a petit, les nombreux stand de vente d'articles de fêtes plient bagages. Il y en avait déjà plein à Santiago. Visiblement, les chiliens sont friands de ces gadgets en tout genre : perruques, chapeaux pailletés, pétards, bracelets fluorescents... Nous sommes les seuls à ne pas arborer un look pailleté et fluo !


La nuit est maintenant tombée. L'ambiance est joyeuse et festive. Occupée à papoter avec nos amies colombiennes, nous ne nous rendons pas compte du temps qui passe. Elles nous parlent des nombreuses traditions colombiennes qui existent autour du changement d'année, comme manger 12 raisins en faisant des voeux ou faire le tour du quartier avec une valise (?!).  Il est bientôt minuit et nous commençons à voir au loin des centaines de lampions s'élever dans le ciel. C'est beau !

Puis des milliers de voix lancent le compte à rebours : tres... dos... uno... FELIZ AÑO NUEVOOOOOO !!!
Nous nous embrassons chaleureusement (enfin pas trop quand même ;-)) et buvons un verre de champagne, gentiment offert par Stefanie et Angela. Puis, quelques minutes après le passage en 2015, les feux d'artifice commencent. C'est un spectacle magnifique qu'offrent là les villes à leurs habitants et aux gens de passage, comme nous. Devant nous, les couleurs éclatent et scintillent dans le ciel et lorsque nous tournons la tête en direction de Valparaiso, nous voyons tout le front de mer s'illuminer des mêmes couleurs.

Le spectacle dure vingt bonnes minutes avec un bouquet final qui nous donne des frissons. Magnifique ! Nous n'avions jamais vu des feux d'artifice comme ceux là, même pas à Epierre ;-) (la photo n'est pas de nous mais permet d'avoir un aperçu du spectacle)

Stefanie et Angela ont prévu de poursuivre la soirée au Casino de Viña Del Mare, dont plusieurs salles ont été réquisitionnées pour y faire la fête. Nous restons un moment aux machines à sous et nous amusons avec 1000 pesos (une folie!!). Après avoir appuyer sur le mauvais bouton, Romain se retrouve à devoir aller demander à se faire payer son gain : 320 pesos (0,40 €)...

Devant le casino, quelques personnes bien imbibées discutent et s'embrassent, d'autres se cassent la figure, c'est dire le taux d'alcoolémie élevé qu'elles doivent avoir dans le sang ! Nous marchons un peu sur le front de mer. La place s'est vidée, la foule joyeuse a juste laissé derrière elle les traces de la fête : une quantité innombrable de confettis, bouteilles vides, cassées, lampions qui n'ont pas décollé, perruques pailletées jonchent le sol. Le temps que les employés communaux ramassent tout ça, nous serons déjà au nouvel an 2016 !

Malgré le retour à pieds car les bus sont bondés, nous avons vraiment apprécié ce réveillon à l'autre bout du monde. Nous avons surement vu le plus beau feu d'artifice de notre vie et la fête était vraiment complète. Mais après une heure de marche, nous nous écroulons sur le lit. Demain il nous faut visiter Valparaiso, ça va être très dur...

Valparaiso

Après une courte nuit, nous partons à l'assaut des colinnes de Valparaiso. Nous prenons le métro pour traverser les 20 kilomètres qui nous sépare de la ville. Une fois encore, nous constatons qu'au Chili, ils ne sont pas encore très au point quant à l'accueil des touristes : le seul moyen de prendre le métro ici est de prendre une carte avec une réservé d'argent dessus et de la charger du montant du trajet que l'on veut faire. Nous avons beau essayer d'expliquer à la guichetière que nous sommes de passage et voulons juste faire un aller retour à Valaparaiso, elle ne veut rien entendre et, comme la majorité des commerçants que nous croisons depuis notre arrivée, elle est désagréable. Et nous pesons nos mots.


Nous arrivons à Valparaiso et trouvons une ville morte ! Comme à Viña Del Mar, les détritus de fête jonchent le sol et quand ce ne sont pas des confettis ou des paillettes, ce sont carrément des gens ! Oui, certains dorment dans la rue après avoir fêté le passage à la nouvelle année et prolonge la sieste jusqu'à la fin de journée ! D'autres n'ont pas encore fini la fiesta, à en croire par cet étrange individu.

Lendemain de réveillon = haleine de poney (ok je sors ...)
Lendemain de réveillon = haleine de poney (ok je sors ...)

De loin, c'est impressionnant et ressemble à l'image que nous en avions : Valparaiso, une énorme colline surplombant l'océan Pacifique, parsemée de maisons colorées. Première impression en descendant du métro : c'est sale et ça sent mauvais... Comme beaucoup de grandes villes. Nous montons sur le cerro et découvrons enfin le Valparaiso pittoresque. Nous sommes contraints de prendre les escaliers tout déformés, les funiculaires étant à l'arrêt en ce 1er janvier. Des rues en pentes raides, des maisons de toutes le couleurs, des réverbères décorés de mosaïque, tous les murs taggés, avec plein de couleurs... Les rues ont une âme ici, et cela se ressent intensément. Nous visitons dans le calme, c'est très appréciable. D'un autre point de vue dominant une partie de Valparaiso, nous apercevons le clocher d'une église, triomphant comme s'il venait de percer un trou au milieu de la ville.


Valparaiso plait à certains, déplaît à d'autres. On dit qu'elle est à Santiago ce que Marseille est à Paris. Cela se tient ! Pour notre part, nous sommes agréablement surpris, une fois de plus, car nous nous attendions à une atmosphère hostile et beaucoup de bruit. Peut-être que nous avons bien choisi notre jour ! L'atmosphère transporte encore l'humeur festive de la veille et les rues du cerro sont baignées de silence, seuls les bruits lointains du centre ville remontent jusqu'à nous.


De retour à Viña Del Mar, il nous est impossible de nous faire rembourser la réserve d'argent rentrée d'office sur la carte de métro. Bref, comme nous l'avons déjà évoqué, il y aurait quelques efforts à faire sur l'accueil des touristes ! Nous sommes un peu juste en temps et aucun taxi ne passe devant la maison. Gutberto, vraiment sympa une fois de plus, nous emmène au terminal de bus. Nous saluons et remercions chaleureusement nos hôtes. Quel dommage que nous n'ayons pas prévu de rester plus longtemps avec eux, ce fut une belle rencontre...

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Magali D (lundi, 26 janvier 2015 17:51)

    Wouahouh, quel beau début d'année 2015.
    Je vous souhaite pour cette nouvelle année de bien profiter du reste de votre voyage (et pour le coup nous aussi). Bisous

  • #2

    RomC (dimanche, 05 avril 2015)

    Effectivement malgré la présence de quelques belles façades colorées, cela reste assez spécial Valparaiso..

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!