Patagonie Chilienne la suite

Puerto Rio Tranquillo

Encore une fois nous voici dans un bus sur des routes en gravier, toujours plus profond dans le sud. L'étape du jour est Puerto Rio Tranquillo. Nous avons prévu d'y séjourner une ou deux nuits et faire une excursion sur le lac pour voir les cavernes et cathédrales de marbre. Notre bus s'enfonce dans des vallées immenses et désertes dont la seule trace humaine est cette route en terre. Nous arrivons à Puerto Tranquillo en début d'après midi. Après une rapide collation à base d'empañadas, nous dégotons une hospedaje pour la nuit. Le logement est sommaire, le wifi ne fonctionne que par soubresauts et des insectes non identifiables sortent de l'évacuation d'eau de la salle de bain. Les souvenirs d'Asie remontent à la surface.

Les cathédrales de marbre

Pour 7000 pesos par personne (je soupçonne notre guide de s'être fait une marge sur notre dos) nous embarquons dans un rafiot avec 6 personnes et deux petites filles pour affronter les vagues du Lago General Carrerra. Ce lac est le deuxième plus grand d'Amérique du Sud après le Titicaca. Il est coupé en deux par la frontière argentine (où il s'appelle Lago Buenos Aires). C'est comme une mer intérieure et des vagues se forment, secouant notre bicoque au grand désespoir d'Emilie. Après une heure de navigation nous atteignons les formations de marbre. Une éclaircie nous permet de profiter pleinement du spectacle car les eaux turquoises du lac se réverbèrent contre les parois en marbre, donnant des tons bleutés aux cavernes. C'est superbe. L'érosion a lentement sculpté ces colonnes qui soutiennent des tonnes de marbre au dessus de nos têtes. Le retour sera plus mouvementé car cette fois ci nous prenons les vagues de face. D'ailleurs les deux petites filles sont terrorisées à l'arrière du bateau. Tout le monde arrivera sain et sauf malgré tout. 


Avant de retourner à notre hospedaje, nous vérifions les bus pour ChileChico à l'office du tourisme, le prochain part dans 4 jours. Heureusement la fille de l'agence nous propose gentiment de nous déposer le lendemain à Puerto Guadal car elle doit y amener sa voiture en réparation. En échange elle nous demande juste une contribution pour l'essence. En arrivant  à notre hospedaje, Émilie veut se prendre une bonne douche chaude. Après avoir du recharger le gaz, redémarrer le chauffe eau, j'entends des cris de panique qui viennent de la salle de bain : après sa douche chaude, Émilie s'est appuyée sur le lavabo pour ramasser ses chaussures. Mauvaise pioche, le lavabo lui est resté dans les mains et l'eau se met à jaillir partout dans la pièce. Je fini par trouver le robinet en amont et remonte le lavabo avec l'aide d'une autre locataire, les pieds dans 2 centimètres d'eau.

En route pour l'Argentine

Le vendredi 16 janvier, à 7h, nous prenons la route et discutons en anglais avec Bianca (la fille qui s'est gentiment proposée de nous emmener à Puerto Guadal). Nous sommes bien contents d'être tombés sur elle et décidons entre nous de lui donner au moins 10000 pesos chiliens pour l'essence. La route est vraiment mauvaise et il nous faudra presque 2 heures pour arriver à destination. Lorsqu'elle nous dépose devant l'arrêt de bus, elle nous réclame sans sourciller 15000 pesos pour le trajet, aussi cher que le bus. D'autant plus que nous avons du utiliser à peine 5000 pesos d'essence... Elle vient de casser la magie de la rencontre. Nous la payons mais sommes un peu déçus que cela se termine ainsi. Nous prenons ensuite le minibus pour ChileChico où nous arrivons vers 12h30, après avoir longé l'immense lac Général Carrerra sur plus de 200km (sans arriver au bout). Les paysages contrastent avec la verdure précédente. Ici tout est sec et la terre est plus rouge.

ChileChico est une petite ville plutôt sympa, nous y passerons l'après midi en attendant le bus pour passer en Argentine, à Los Antiguos. Le passage de douane est une formalité et, en moins d'une heure, nous sommes au terminal de bus argentin. Nous avons notre premier choc avec le prix des transports, 90€/pers pour aller à El Chalten ça fait mal (la même distance au Chili nous avait coûté 20€ chacun). Heureusement, la guichetière est très gentille et nous fait bénéficier d'un petit discount. Et en plus, elle nous offre un sac plein de cerises (Los Antiguos est la capitale de la cerise). Comme des vrais routards, nous nous faisons notre repas sur un banc devant le terminal de bus. Nous constatons aussi que le pesos argentin est dévalué car tout le monde cherche à être payé en pesos chilien, euro ou dollars. 

Vers 20h, notre bus démarre et nous profitons de la vue sur la Patagonie argentine et sur le bout (enfin) du lac Buenos Aires. Nous voilà sur la mythique route 40, qui traverse l'Argentine du nord au sud, sur 4900km. 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Nouss (jeudi, 26 février 2015 04:49)

    Coucou! Contente de voir que la suite du voyage au Chili et votre passage en Argentine se sont bien déroulés! Je pourrai maintenant conseiller cet itinéraire a des futurs routards qui me demanderont conseil! Profitez bien de la suite! Bises

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!