Québec

L'auberge à Loulou

Nous nous rendons à Québec par co voiturage : une façon économique et sympa de faire les longs trajets. Une fois arrivés, nous appelons André, notre futur hôte Helpx afin qu’il vienne nous récupérer. L’auberge à Loulou est située sur la rive sud du St Laurent, dans la petite ville de Charny, encore toute recouverte de neige. Nous rencontrons Louise, « Loulou », la femme d’André et Diane, une dame qui travaille pour eux et vit à l'auberge. Rapidement, nous avons vraiment une bonne impression sur ce séjour qui débute et nos hôtes sont très chaleureux.

Pendant le séjour, ce sera bricolage à tous les étages : Emilie à la peinture et placo + électricitépour moi. André a décidé d’agrandir la chambre de Diane et de refaire les murs du couloir et de la salle de bains adjacente. Et quand il est lancé,André, c’est une vraie pile électrique (surement à cause des 10 cafés qu’il bascule dans la journée !)mais il faut reconnaitre qu’il est efficace car enquelques demi-journées, le gros du travail est terminé. Si André ne tient pas en place, Loulou est un exemple de zénitude bien qu’elle ne soit pas en reste lorsqu’il s’agit de rigoler. Nous sympathisons aussi avec Diane, qui se retrouve Sans Chambre FixeD’ailleurs, pendant les travaux de sa chambre, ses oiseaux aussi sont délogés et se retrouvent dans la salle commune. Ce sont deux petits perroquets qu’elle a récupéré et soigné. Nous tentons de leur apprendre à siffler les filles en disant « poupée, bienvenue chez Loulou ». Mais à chaque fois que nous sifflons la phrase, c’est Loulou qui répond à la place des volatiles…

Le reste du temps, nous aiderons au quotidien de l’auberge, notamment le soir où une trentaine d’étudiants avaient réservé repas et nuit. Nous devenons serveurs d’un soir pour épauler nos hôtes. Et en bonus, le balcon de notre chambre sera pratiquement déneigé (80cm de neige quand même).

Le vieux Québec.

Pendant notre temps libre nous faisons une sortie à la ville de Québec. Le bus nous dépose autraversier, un brise-glace qui permet de traverser le St Laurent. Pouvoir traverser le fleuve recouvert de glace est une expérience saisissante à tous les niveaux : d’énormes blocs de glace portés par le courant viennent s’écraser contre la coque du bateau et le vent glacial nous gèle jusqu’aux os. Une fois débarqués sur la rive nord, nous nous baladons dans la vieille ville. Les rues sont pleines de charme et ressemblent plus à ce que l’on connait en Europe. Le château Frontenac, qui a été reconverti en hôtel, se dresse fièrement au sommet des remparts et donne cet aspect si particulier à la ville. Le long des fortifications, une petite piste de bobsleigh a été installée et il n’en faut pas plus pour qu’Emilie veuille tester la descente, malheureusement pour mes oreilles, qui n’entendront plus jamais aussi bien ensuite… (voir vidéo).



Il est temps de reprendre un bus vers Charny. Nous serons d’ailleurs obligés de faire troischangements. C’est le point négatif de l’auberge : sans son propre véhicule, c’est compliqué et long de se rendre à Québec. Heureusementnous pourrons faire d’autres activités autour de Charny.André et Loulou nous prêteront deux paires de raquettes pour que nous puissions aller nous promener au parc des cascades de la Chaudière. Les chutes d’eaux sont complètement prises par la glace, preuve du climat hivernal très froid cette année (2 mois entre –5 et –20°C quand même). Après une descente des marches recouvertes de neige, nous approchons les chutes gelées. L’eau se fait entendre sous l’épaisseur de glace, laissant imaginer le débit. Heureusement, la glace est encore assez solide pour nous supporter…

Mushers en herbe

Mais le clou du séjour sera notre après-midi au camp de chiens de traineau. Ce jour là, nous sommes les seuls clients, donc seuls avec le guide. En garant la voiture, les aboiements de dizaines de chiens ne laissent pas de place au doute : nous sommes au bon endroit ! Ils sont excités car ils ont vu les traineaux en préparation. Après les recommandations d’usage, Emilie monte dans le traineau et je m’occupe du pilotage.  Lorsque je soulève doucement mon pied du frein, les chiens sentent le traineau se libérer et démarrent en trombe. La sensation est  grisante, le traineau prend de la vitesse, un peu trop même si bien qu’Isabelle, notre guide musher, me fait signe de stopper pour changer un chien entre les deux attelages. Sauf que pendant le changement, le crochet qui sert à bloquer son traineau n’est pas assez enfoncé dans le sol et les chiens le font sauter en tirant dessus. Isabelle doit leur courir après sur 150 mètres avant de parvenir à lesstopper. Le reste de la randonnée sera trèsplaisant, il fait bon, les paysages que noustravesrons sont superbes et tout enneigés et surtout nous réalisons que nous faisons du chien de traineau au Canada. C’est top ! Emilie prendra ensuite les rênes et se montrera particulièrement à l’aise, aidant même les chiens en courant pour pousser le traineau. Au bout de 2h, nous revenons au chenil et nous flattons les chiens de l’équipage. Isabelle nous invite même à rentrer dans le chenil pour aller caresser les autres huskys. Ils sont tous très affectueux et viennent demander un peu d’attention. Il y a même un petit chiot de 2 semaines qui a toutes les faveurs de la gente féminine présente. Après avoir pris un chocolat chaud et remercié notre guide, nous rentrons à l’auberge des images plein la tête.

Fin de l'hiver

Que le temps passe vite quand nous sommes bien quelque part. C’est déjà le moment de quitter l’auberge et ses propriétaires pour retourner sur Montréal. Nous avons vraiment apprécié notre séjour ici et André, Loulou et Diane vont nous manquer. Après une petite séance photo pour les souvenirs, Loulou et André nous déposent au point de rendez vous du co-voiturage. Au revoir et merci à vous trois

Ce soir là ; de retour chez Christian à Montréal, nous décidons de l’inviter, ainsi que Benoit, à prendre une poutine à La Banquise, les meilleures poutines de Montréal. Nous avons également demandé à Mélissa de se joindre à nous. Nous passons une excellente dernière soirée ensemble. Dans la foulée, Christian nous emmène en visite guidée de la ville. Nous traversons donc différents quartiers de Montréal avec les commentaires de notre ami qui se gare de temps à autre pour nous permettre de prendre des photos. Un vrai pro ! Etle lendemain, toujours aux petits soins pour nous,Christian se lèvera aux aurores pour nous préparer un petit déjeuner et nous déposer à la gare routière où nous lui ferons nos adieux, ou plutôt nos à bientôt, car il fait partie des personnes« coup de cœur » de ce voyage que nous n’oublierons pas et que nous reverrons, c’est certain…

Californie nous arrivons !

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!