San Francisco

Californie : Retour au soleil

 Après le froid du Québec, nous atterrissons à San Francisco, Californie. La température extérieure est de 25 degrés Celsius et le ciel est au beau fixe, nos mélanimes se réactivent, ça fait du bien. L'hôtel est situé dans le quartier de SoMa (South Market) et c'est loin d'être le coin le plus glamour de SFO. Une personne sur deux dans la rue est soit un sans abri, soit un junkie, soit les deux. Un peu glauque comme entrée en matière mais les commentaires sur l'hôtel nous avaient mis au diapason. Ceci explique aussi le "petit" prix de la nuit (50$ avec petit déjeuner). La chambre est réduite au strict minimum et il n'y a que 2 salles de bains pour tout l'étage, d'une propreté limite limite. Pour 3 jours nous nous en contenterons, et le vol nous a fatigué, nous n'avons pas le courage de visiter SFO en cette fin d'après midi. Le décalage horaire nous a coupé les jambes. Nous sortirons juste nous prendre quelque chose à grignoter au dépanneur du coin.

C'est avec une bonne nuit de sommeil que nous partons dans les rues de San Francisco ! Et la première action sera de prendre un Câble Car, ces wagons qui montent les collines de la ville et qui ont été maintenu en état depuis le début du siècle dernier. Et le moins qu'on puisse dire c'est que nous ne sommes pas les seuls à vouloir le faire. Il y a au moins une heure d'attente. Le câble car grimpe vers Union Square et California Street et file jusqu'au port. Nous restons sur le marche-pied, comme dans les films. De temps à autre, les grattes-ciel laissent entrevoir la baie de San Francisco avec le Bay-Bridge d'un côté et Alcatraz de l'autre. L'air est doux et le soleil brille, cette partie de San Francisco est un de ces endroits où il fait bon vivre avec la vue sur le pont qui fait carte postale. Puis nous longeons tout le port jusqu'au Ferry building, l'occasion de constater que les visites d'alcatraz sont prisées car les prochaines ne seront disponibles qu'à partir du 8 avril et de passer voir les statues de cire de Madame Tussaud. 

Pour notre dernier jour de visite, nous avons décidé de louer des vélos pour visiter le Golden Gate Park, l'immense parc de San Francisco, plus grand encore que le Central. Park new-yorkais. Le parc est un repère de "punks à chiens", des squatteurs qui profitent de l'absence d'interdiction de camper ici. Mais ici ça n'a pas l'air de choquer, après tout, San Francisco est la ville de la tolérance. Une fois en selle, nous passons d'abord voir les "painted ladies", 5 maisons de type victorienne peintes de differentes couleurs et qui représentent la vision de SFO. L'arrière plan donne en plus sur la baie et le downtown, c'est superbe. Puis nous revenons vers le parc, loin du tumulte de la ville.


Le problème à San Francisco, c'est que pédaler tranquillement c'est difficile. La ville est construite sur des collines et ça se ressent. Il nous faut appuyer fort sur les pédales pour grimper au sommet de Presidio Hill. Ensuite c'est une longue descente vers le symbole de la ville : le Golden Gate Bridge. Le pont rouge enjambe l'entrée de la baie sur 2km. Il est possible de l'emprunter à pied ou en vélo. Nous irons jusqu'au milieu de la structure afin d'avoir une vue d'ensemble. Au dessous les bateaux semblent petits et nous observons les planches à voiles filer à toute allure, le vent étant très fort ce jour la. D'ailleurs nous le sentons en vélo. Mais pas autant que la longue remontée vers le parc. Et malgré les différents arrêts plages et points de vue, nous arrivons au sommet bien fatigués. Nous finissons par traverser entièrement le parc avant de rendre les vélos.

C'est notre dernier jour sur SFO et il est temps pour nous de débuter notre road trip américain. Je me rends à l'aéroport pour récupérer la voiture pendant qu'Emilie finit les sacs et règle l'hôtel. Après une heure de bus, me voilà devant le comptoir de FOX RENT pour récupérer la voiture. Si je peux donne un conseil, ne louez jamais chez ces gens, ce sont de vrais voleurs. Alors que nous avions réservé du internet pour gagner du temps, le préposé au guichet me dit que je dois prendre une assurance obligatoire aux États-Unis. Il insiste en me disant que je risque amende et emprisonnement si je n'en ai pas. Tout ceci est ABSOLUMENT faux. En fait, ils profitent de la fatigue des voyageurs qui atterrissent pour reforger des assurances supplémentaires. Donc après une demi heure de palabre je finis par annuler ma réservation. Finalement c'est un mal pour un bien car je trouve moins cher chez HERTZ. Le bon plan est de réserver à l'agence de South SFO, nous évitons ainsi les taxes d'aéroport, soit une économie de 100$. Émilie devra me rejoindre sur place car je ne peux pas utiliser sa CB sans sa présence.  Ouf ! Après 2h30 de prise de tête nous partons enfin au volant d'une hyundai pour visiter Chinatown puis nous récupérons la US1 pour longer la côté pacifique en direction de Los Angeles. 


On The Road Again

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Evelyne (dimanche, 19 avril 2015 12:24)

    C'est qui ce Cyril Magnin ?? Un cousin aux USA ??? Lol

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!