Arizona

Longue route vers le New Age

Environ 8 heures de route nous séparent de Flagstaff. Plus nous nous éloignons de la côte, et plus nous voyons les paysages changer, s'étendant à perte de vue tout autour de nous. Monticules de pierres, désert de sable, forêt de cactus... Nous longeons pendant quelques heures la frontière mexicaine et pouvons apercevoir le long grillage qui délimite les États-Unis et le Mexique. Puis, petit à petit, notre route devient une ligne droite tracée au milieu d'un immense désert aride, parsemé de quelques arbustes secs. Nous repérons une dizaine de mini tornades autour de nous. Elles se forment puis meurent en quelques minutes. 

Trois heures après avoir dépassé Phoenix, nous voyons, émerveillés, se dresser au loin ces fameuses mesas plates aux tons rouges (ces butes rocheuses au sommet plat), tellement typiques de l'ouest américain. Nous arrivons aux Red Rocks Country, dans la ville de Sedona, devenue célèbre pour les nombreuses scènes de western très connus y ont été tournées mais aussi parce qu'en tant que capitale du New Age, elle accueille de nombreux artistes et riches retraités. Mais ce qui attire aussi de nombreux visiteurs à Sedona est un drôle de phénomène appelé "vortex" : il s'agirait de spirales d'énergie tellurique. Sedona serait l'endroit au monde dans lequel les énergies positives sont les plus puissantes ! On se demande encore comment peut-on mesurer cela ? Un peu curieux, nous partons gravir Bell Rock, l'emplacement d'un des principaux "vortex". La balade commence par une marche dans la terre rouge puis se termine en une petite escalade des roches. Là, le panorama est magnifique, d'autant plus que viennent s'y mêler les couleurs du coucher de soleil. Un bien-être nous envahit, mais ça n'est pas le vortex qu'il nous faut remercier mais bien le paysage qui se trouve sous nos yeux.


Nous reprenons la route et traversons Sedona. Les guides n'ont pas menti : cette petite ville est tout à fait charmante. Déjà, elle est implantée au milieu de ce paysage de roches rouges mais en plus, toute son architecture a été pensée pour s'implanter parfaitement dans le paysage. Tous les murs sont dans des tons rouges, oranges, briques. Une fois sortis de Sedona, la route monte en lacets à travers une forêt de conifères, dont les sommets se découpent merveilleusement dans les couleurs du crépuscule. Encore une petite heure de route et nous atteignons Flagstaff. C'est là que se trouve notre hôtel pour la nuit.

Meteor Crater

09/04. Après le mystique vortex de Sedona, nous passons par la case scientifique avec le Meteor Crater (prononcez Midior craieteur), à 35 miles de Flagstaff. Là, tout seul au beau milieu du désert de l'Arizona, le centre de découverte du cratère. Le parcours nous fait d'abord traverser une petite cour intérieure dans laquelle sont installés des panneaux explicatifs et une capsule spatiale. Elle a été utilisée pour des entraînements mais c'est exactement la même que celles qu'on envoie dans l'espace ! Et dire que trois personnes étaient confinées dans ce tout petit espace pendant deux semaines, c'est à peine croyable ! Nous passons ensuite dans le musée qui retrace l'histoire du cratère et parle aussi d'autres météorites tombées sur Terre. En fait, cette météorite est tombée dans le désert d'Arizona il y a 50000 ans mais ce n'est qu'en 1929 que le cratère a été reconnu comme étant provoqué par une chute de météorite. En chiffres, ça donne ça : diamètre de 1,250 kilomètres pour 175 mètres de profondeur. Rien que ça... Tombée à une vitesse de 26000 m/h  (70000 km/h), le caillou aurait eu un diamètre de 25 à 30 mètres. Il est impossible de le voir depuis la route ou l'extérieur du centre : le bourrelet formé tout autour du cratère nécessite que l'on monte dessus pour voir le trou. Une fois sur la passerelle aménagée sur ce bourrelet, le spectacle est saisissant. C'est gigantesque ! Pour imager (une image qui ne parlera qu'au public masculin, je vous l'accorde), vingt terrains de foot pourraient être installés dans ce cratère et les bords inclinés pourraient recevoir quelques 2 millions de spectateurs...

Grand Canyon

Nous laissons ici notre leçon de science du jour mais restons dans les curiosités géologiques avec notre prochaine étape. C'est un autre géant que nous allons voir, par sa taille mais surtout pour sa renommée mondiale : j'ai nommé The Grand Canyon ! Après deux bonnes heures et un aperçu de canyon avec ces fentes impressionnantes dans la terre, nous quittons ces routes plantées dans le désert pour entrer sur un territoire plus vert et plus boisé, digne d'un vrai décor de montagne. Encore une petite heure, et nous voilà devant notre premier point de vue sur le Grand Canyon. Cette immensité, ce long, très long travail de la nature, la somptuosité du panorama, ces couleurs... Tout le monde devrait voir ça au moins une fois dans sa vie, et se sentir comme le plus petit des grains de sable sur cette Terre... Se trouver au bord d'une falaise du Grand Canyon, avec dans ces profondeurs ce petit filet turquoise qu'on appelle Colorado, ça donne juste envie d'être un de ces condors pour planer au dessus et en prendre plein la vue !!

Monument Valley

Le lendemain, c'est au tour de Monument Valley de nous époustoufler. Nul doute que nous sommes en territoire Navajo : nous croisons de plus en plus d'amérindiens, ce qui, en plus des paysages, contribuent à la sensation de dépaysement. Il faut savoir qu'une bonne partie de l'Utah, l'Arizona et le Nevada sont des réserves Navajo, avec leurs propres règles et leurs propres lois.
Premier arrêt : le visiter center situé dans le même bâtiment que le View Hotel, depuis la terrasse duquel nous avons un superbe premier panorama sur Monument Valley, le préféré de John Wayne, nous apprend une plaque posée au sol. Les "buttes" (pronounced "bioute" ;-)), le sable et les roches rouges. C'est sublime ! Devant nous, West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Butte : elles ont servi de décor à de célèbres western.
Depuis la terrasse, nous pouvons aussi apercevoir la piste sillonnant entre les mesas, celle que nous nous apprêtons à parcourir. Il y a la possibilité de s'y balader en cheval, mais nous ne pouvons plus nous permettre ce genre de plaisir si nous voulons faire tout ce qui est prévu sur notre dernière semaine de voyage... Dommage ! Devant le visitor center, il y a trois "hogan", ces petits habitats traditionnels fait de rondins de bois et de boue. Nous avons même la possibilité d'y entrer. Nous sommes surpris par la fraîcheur ambiante à l'intérieur.

Il fait beau malgré quelques nuages et surtout, la température est idéale. Nous voilà partis sur la piste dans un nuage de poussière rouge. Il n'y a pas grand monde, quelle bonne idée d'être venus en basse saison ! Nous faisons de nombreux arrêts, admirons les différents points de vue, prenons des photos... Pour notre part, c'est le "John Ford Point" qui remporte ici la palme du plus beau point de vue. Des mésas en premier plan et le paysage qui s'étend loin a l'horizon avec d'autres mésas et buttes au loin, s'érigeant du sable, parfois même d'un peu de verdure. L'arrière plan semble embué, comme un mirage. Encore une belle oeuvre du temps et de la nature. Un travail d'une telle lenteur qu'il est impossible pour un être humain de voir le changement se faire. Un travail qui a pris des millions d'années, et qui continue de nos jours bien sur. Ce qui revient à dire qu'un jour, ces géants rouges seront amenés à disparaître...

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Magali D (vendredi, 24 avril 2015 19:16)

    Mythique!!!!!!
    Il ne manque plus que le " bruit " d'un serpent à sonnette!!!
    Les " wou wou " des indiens!!!
    Et les tirs de colt (ou plutôt de winchester) de John Wayne!!!!!!

  • #2

    Magali D (samedi, 25 avril 2015 19:16)

    Ah, j'oubliai ; les "clairons" de la cavalerie.
    Toujours quand c'est fini!!!!!!!!

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!