Utah-Nevada

L'Utah

C'est un peu déçus que nous quittons la petite ville de Page ce matin : nous n'avons pas pu visiter Antelope Canyon : il ne se visite qu'accompagné d'un guide et tout est complet pour ce matin. Nous prenons donc directement la direction de Bryce Canyon, avec un arrêt devant l'impressionnant barrage de Glen Canyon. 215 m de haut, 500 m de long. La route ne passe pas sur le barrage mais sur un pont qui le domine. La vue plongeante sur le Colorado qui s'écoule 500 m plus bas est vertigineuse. Il a fallu 17 années pour remplir ce barrage. Quelques kilomètres plus loin, notre route croise celle du Lac Powell. Un autre chef d'œuvre de Mère Nature. Tout en longueur, il est entouré de parois rouges formant comme des tentacules. Il est possible de s'y baigner mais nous passons notre chemin : l'accès est payant et pour une heure, ça ne vaut pas le coup !


Nous continuons donc notre route vers Bryce Canyon. Trois heures durant lesquelles nous passons de paysages jaunes arides à des paysages plus verts. Nous traversons notamment quelques petits villages tout à fait charmants et nous arrêtons dans l'un deux pour le lunch. La serveuse est très agréable, nous mangeons bien, mais comme d'habitude les quantités sont énormes ! Au moment de partir, le sourire de la serveuse s'efface subitement. Romain fait un rapide calcul dans sa tête : il pensait avoir laissé presque 20% de pourboire mais en réalité, cela représentait un peu moins de 15%... C'était involontaire mais ici, c'est comme ça que ça marche, comme au Canada : les serveurs touchent des salaires misérables et ce sont les pourboires des clients qui arrondissent leurs fins de mois. 15% de la note, c'est le minimum. Ça n'est pas toujours évident pour nos mentalités d'européens (et encore plus quand vous arrivez à la fin d'un voyage d'un an et que chaque centime compte !). Mais c'est comme ça, nous nous adaptons. En tout cas, cette fois nous avons pu assister à la réaction d'un serveur pas content de son pourboire. Et pourtant, l'essentiel n'est-il pas d'avoir un pourboire ?!

Bryce Canyon : la perle de l'Ouest

Bryce Canyon est l'un des plus petits parcs nationaux américains. Mais pas des moindres : ces falaises dentelées et ces aiguilles de pierres (hoodoos) semblent avoir été sculptées à la main. Et c'est bien sur à la main de Mère Nature que l'on doit encore ce tableau vivant. Les hoodoos sont tellement fins par endroits que l'on se demande comment ils tiennent debout ! Il est possible de descendre dans le canyon pour marcher au pied de ces véritables cathédrales de pierre. Nous optons pour le Navajo Trail, dont le chemin de terre rouge descend entre les hoodoos. Malheureusement, il est impossible de faire la boucle, une partie du trail étant encore en fermeture hivernale. Nous ferons donc le même chemin en sens inverse pour retourner à la voiture. Bryce Canyon est un endroit très agréable en cette saison. À l'ombre des sapins, l'air est frais, et l'atmosphère calme et reposante invite à la sieste. Un peu partout, les névé nous rappelle que nous sommes encore à 3000 mètres d'altitude. De nombreux animaux peu farouches y ont élu domicile : chiens de prairies, biches... Nous sommes presque déçus de partir ! La bonne surprise, c'est que les deux heures de route qui nous séparent de notre hôtel à Cedar City, ne nous coupe pas de l'ambiance du parc. Nous montons jusqu'à près de 3500 m d'altitude, sur une route bordée de sapins. Un épais manteau de neige est encore aux pieds des sapins, quadrillé par les traces du passage récent de moto neige. Nous apercevons même un lac encore gelé !

À Cedar City, une ville nichée entre les montagnes, nous sommes accueillis au motel par un indien (encore !) qui, tout en nous donnant la clef de notre chambre, ponctue ses explications par quelques rots. Charmant !

This is Vegas !

Le lendemain, nous mettons le cap vers une autre destination mythique : Las Vegas baby ;-)
Au fil des heures, la fraîcheur des montagnes laisse place à la chaleur étouffante du désert du Nevada. Les paysages redeviennent tout plats, dévoilant un horizon très lointain qui semble flotter dans l'air. Sous le soleil ardent, les longues lignes droites nous font apparaître des mirages : au loin, on dirait que la route s'est transformée en une flaque de goudron. Et plus on se rapproche, plus la flaque disparaît. Des boules de petites branches  extra sèches traversent parfois la route, poussées par le vent. Voilà le genre de décor auquel on s'attend lorsque l'on va au États-Unis : et bien il existe vraiment !

À première vue, Las Vegas n'est pas du tout comme ce à quoi nous nous attendions : nous imaginions une sorte d'oasis de hautes tours lumineuses et de bruits de machines à sous plantée toute seule dans le désert. Et bien non, Las Vegas a une banlieue ! Composée principalement de zones industrielles et de quartiers résidentiels. Puis, nous entrons enfin sur Las Vegas Avenue : le fameux Strip. Là, c'est le défilé des folies de Vegas : hôtel pyramide avec un gigantesque sphinx à l'entrée, hôtel en forme de château de conte de fées, reproduction de la Tour Eiffel, hautes tours dorées, sans oublier la légendaire stratosphère, la plus haute tour au sommet de laquelle il est possible de faire des attractions vertigineuses, comme ce chariot lancé sur des rails orientées vers le vide et qui simule une chute du haut de la tour... Nous voyons même des gens sur une tyrolienne passant d'un immeuble à un autre, à une hauteur de plusieurs dizaines de mètres. Ils sont fous ces ricains !! Enfin, nous passons dans le "quartier" des wedding chapel, où un certain Elvis Presley se proposera de vous marier avant de vous laisser déambuler dans les rues de Vegas en limousine. Il existe plusieurs styles de chapelles, des plus fun aux plus romantiques.

Notre hôtel est un peu excentré mais il suffira de 10 minutes de marche pour rejoindre le strip. Ici, tout le monde vous incitera à aller jouer votre argent. Par exemple, il y a un problème avec notre réservation, la personne à l'accueil nous propose d'aller au casino une petite heure et nous offre même des bières gratuites, à prendre au casino bien sur.  Ah ! et le petit déjeuner demain matin se prendra... dans le casino de l'hôtel.

Nous passons la soirée à découvrir la folie des grandeurs version Vegas. Difficile d'imaginer que dans cette ville de luxe et de jeu d´argent, nous puissions rencontrer autant de sans abri. Nous en croisons à proximité de notre hôtel dans un état vraiment lamentable...

En dehors de Las Vegas Avenue, la ville ne fait pas rêver, c'est très bétonné, sale et pas toujours bien fréquenté. Mais une fois sur le strip, c'est bel et bien Disneyland pour les grands ! Des fauteuils devant les magasins de luxe, des hôtesses aux formes généreuses vous saluent et tentent de vous appâter, des lumières partout dans lesquelles se découpent la silhouette des palmiers, des reproductions des endroits faisant le plus rêver : Paris, Venise, Luxor... Les hall d'hôtels sont immenses, finement décorés, pas un détail n'a échappé aux concepteurs. Nous assistons, ébahis, au ballet des fontaines du Bellagio. Tous les quarts d'heure, une nouvelle musique, un nouveau spectacle, tous plus captivants les uns que les autres. Le Cesar Palace et ses reproductions de statue et de décors typiquement romains. Le Venitian et ses pirogues flottant tranquillement au pied de l'hôtel, Le Mirage, ses dauphins et son volcan entrant en éruption toutes les 30 minutes...
Ici, chaque hôtel a son casino, autant dire que vous ne ferez pas trois mètres sans passer devant des machines à sous. Et tout a été étudier pour vois faire dépenser votre argent. Des psychologues ont mis la main à la pâte pour créer des ambiances qui vous feront perdre la tête. Pas d'horloge, le bruit des sous qui tombent, l'alcool à prix dérisoire, des croupières aux décolletés plus que généreux, qu'elles soient réelles ou virtuelles... Attention, âmes faibles s'abstenir !

Nous passons ensuite à Fremont Street, dans l'ancien Vegas. Une rue tout en longueur, dont une partie est couverte et dans laquelle vous croiserez les gens les plus improbables : un homme avec une couche, une vieille femme aux seins à l'air, un contorsionniste, Elvis Presley qui, quand il ne veut pas vous mariez, veut vous faire pousser la chansonnette, des filles en tenue de stripteaseuse, des personnages de dessins animés, des drag queens... Et au milieu de tout ça, toujours des sans abris qui font la manche...
 Il y a dans cette rue plus de magasins que de casinos, mais l'ambiance y est tout aussi frénétique et délurée. Et si vous n'avez pas le courage de traverser cette rue à pied, vous pourrez le faire en tyrolienne, assis à quinze mètres de haut ou à plat ventre, face vers le vide à vingt mètres de haut. Ici, tout est possible !
On nous l'a avait déjà dit : Las Vegas n'est pas le genre d'endroit où rester plus de deux ou trois jours, c'est à vous faire perdre la tête ! Mais c'est à voir au moins une fois dans sa vie ! C'est complètement fou, totalement superficiel, hors du temps, hors réalité. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises devant ce que l'homme est capable de créer...

Retour en Californie

Le lendemain, sous un soleil toujours ardent et une chaleur torride que nous retournons en Californie. En chemin, nous passons devant un champ immense d'éoliennes. Immense comme pas moins de 5000 éoliennes ! C'est impressionnant. C'est dire s'il y en a de la place dans le désert !! Une partie de ce champ se trouve tout près du cimetière d'avion de Mojave, que nous apercevons de loin. Un peu plus loin, nous tombons enfin sur le genre de dinner dans lequel nous rêvions d'aller : LE dinner que l'on voit dans toutes les séries américaines. Décor 50's, serveuses en uniforme d'époque, une rangée de banquettes entre les fenêtres et un étrange de tabourets le long du bar. Nous aurions adoré que ça s'arrête là, c'est juste l'authentique décor que nous recherchions. Mais Peggy Sue' Dinner attire du monde et sa taille a été ajustée en conséquence : 3 autres salles sont disponibles et un magasin de souvenirs. Malgré tout, cela reste très agréable d'y faire une halte, en mode road trip dans le désert de l'Ouest américain. Les repas n'ont rien d'exceptionnel mais sont bons. C'est vraiment le décor qui fait tout. Bon, le dinner 50's de bord de route : check !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Magali D (vendredi, 24 avril 2015 19:24)

    Ce n'est pas Brice de Nice mais ce Bryce Canyon est vraiment waou magnifique.
    D'ailleurs vos photos et commentaires aussi.
    Bravo on est fier de vous 2

  • #2

    Alain Roussel (lundi, 29 juin 2015 15:44)

    Too bad.
    Nous sommes allez en Mai en Arizona et en Utah et lors de notre visite a PAGE , nous avons eu, en ville la surprise de découvrir qu'il n'y avait aucune place disponible ce jour la, n’étant pas le genre de gars a baisser les bras quand le plan A ne marche pas , plan B a ete mis en application et nous sommes allés directement au site (upper Anteleope Canyon) après avoir paye les droits d’entrée (non remboursables) et quelques minutes de queue. nous avons été informes qu'ils y avait 6 places disponibles dans l'heure qui suivait.
    pas bon marche mais sans aucun doute un site exceptionnel a ne pas manquer
    même dans un jour sans soleil), j’espère que vous n'avez pas loupe "the Horse Shoe bend" qui se trouve a quelques kms de la , qui est gratis et que l'on atteint par un chemin non banalise mais très fréquenté , a ne pas louper.

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!