Retour en Californie

Sequoia National Park

Si la chaleur nous a donné du mal à nous endormir, c'est la fraicheur qui nous réveille ce matin ! Nous troquons même nos short et tongs contre un pantalon, des basket et un sweat. N'ayant pas pris de petit déjeuner ce matin, nous nous arrêtons dans un dinner avec l'intention de bruncher : Le Dark Bear Dinner. Très bon rapport qualité / prix. Et pour la première fois depuis que nous sommes aux États-Unis, nous avons le sentiment de bien manger. À tester pour ceux qui iraient aux États-Unis !
Le ventre bien plein, nous nous remettons en route, direction Séquoia National Park et King Canyon Park. Les séquoias ne poussant qu'entre 1700 et 2500 mètres d'altitude (plus bas, c'est trop chaud et sec et plus haut, ben, c'est trop froid !), nous voilà à nouveau dans la fraîcheur et le calme de la montagne. C'est dans ce parc national que se trouve les plus grands séquoias du monde. Et en effet, ils en imposent ! Il en existe plusieurs types dont ceux avec un tronc immense mais fin et ceux tellement énormes, qu'ils vous font vous sentir comme des Polly Pocket. En plus du grand parcours en voiture, il y a de nombreuses balades à faire à pied. Une bonne partie du parc étant encore en fermeture hivernale, notre découverte sera limitée (bien que déjà étendue), mais nous ne verrons pas grand chose du King Canyon Park.

Parmi les plus géants de ces séquoias géants, nous nous inclinons devant The General Sherman Tree ou The General Grant Tree.
Le General Sherman est reconnu comme étant l'organisme vivant le plus grand du monde. Plus tout jeune puisqu'il a fêté ses 2 200 ans. Avec une hauteur de 275 pieds, il atteint 11 mètres de diamètre en sa base et s'affine dans sa longueur jusqu'à  4,2 mètre de diamètre. Sa branche la plus large atteint un diamètre de 2 mètres ! Il pèse 1 385 tonnes. Le General Grant est, lui aussi, sur le podium des plus grands arbres du monde, avec 82 mètres de haut. Et comme nous l'apprend Romain dans une petite vidéo de présentation du General Grant, on pourrait remplir son tronc avec 37 millions de balles ping pong !!

Plus nous avançons dans notre visite, et plus le ciel se dégage, laissant le soleil nous réchauffer un peu. Outre les arbres géants, se balader dans le Séquoia National Park est aussi l'occasion de rencontrer une faune particulière : une tamia mignonne, adorable petit rongeur, un renard gris d'Amérique, avec une tête entre le lynx et le chat sauvage , des geais au jolies couleurs bleutées mais aussi... Des ours ! Malheureusement, nous avons eu beau chercher, nous n'en avons pas vu, au grand désespoir de Romain... Nous n'avons pas vu non plus de tarentules, mais ça, j'en suis fort ravie.


En quittant le parc, nous sommes surpris de voir comme la végétation change soudainement durant notre descente de la montagne. D'un seul coup, les arbres aux couleurs d'automne laissent place à des feuillages bien verts et des fleurs printanières.
Ce soir, nous passerons la nuit à Fresno, à mi chemin entre Séquoia National Park et Yosemite. Une ville d'étape seulement, car dès la nuit tombée, elle devient un repère à clochards, drogués et filles de joie. Glauque...

Yosemite National Park

15/04 : décidément, la fin du voyage semble se rapprocher à grande vitesse. Nous avons la sensation d'avoir perdu le contrôle du temps. Même si nous ne l'avons jamais eu, mais pendant un long voyage  comme celui-ci, une fois les premières semaines passées, on prend le rythme du voyage et on oublie littéralement le temps. On ne sait plus quelle heure il est, on ne sait plus quel jour on est... C'est comme si nous avions réussi à arrêter le temps. Et à quelques jours du retour, on est en phase "d'atterrissage mental" : on reprend conscience du temps qui passe, on sait à nouveau précisément quelle est la date du jour, ça nous sera utile pour réaliser que, oui, il ne nous reste plus qu'un lundi, un mardi, un mercredi... jusqu'au Retour.

En attendant, les découvertes ne sont pas terminées : nous nous mettons en route pour Yosemite, à environ 1h30 de Fresno. Nous avons maintenant quitté les zones désertiques, et croisons plein de charmants petits villages. Le parc national de Yosemite est niché dans les montagnes de la Sierra Nevada, allant de 1200 à près de 4000 mètres d'altitude à son point culminant, le Mont Lyell. . Très étendu, comme la plupart des parcs nationaux des États-Unis, celui-ci nous semble familier : nous pourrions trouver le même genre de décor chez nous en Rhône Alpes, mais à plus petite échelle bien sur. Une immense forêt de conifères, traversée par la rivière Merced, donne des paysages bucoliques, de tout beauté. Yosemite, 3ème plus grand parc de Californie, est aussi très connu pour ses dômes en granite. L'après-midi que nous consacrons au parc ne suffira pas à tout voir. Mais parmi les images mythiques du parc, nous immortaliserons notre rencontre d'El Capitan, une formation rocheuse verticale de 900 mètres de haut, célèbre dans le monde de l'escalade. Un peu plus loin, les fameuses Yosemite Falls, une succession de trois chutes d'eau qui se lancent dans le vide sans glisser le long de la paroi rocheuse. D'en bas, nous pouvons voir l'eau qui se jette violemment se transformer immédiatement en une sorte d'épaisse vapeur d'eau. Superbe.

Ce paradis pour alpinistes et grimpeurs constitue aussi un lieu de randonnée ou simples balades très agréables. Aujourd hui, le soleil brille généreusement dans un ciel parfaitement azur, ce qui adoucit la fraîcheur de l'air. Nous prenons le temps d'un pique nique au soleil, au bord de la rivière, juste devant un petit pont de pierre voûté. Qu'on est bien ! Et pour ajouter à la magie des lieux, comme ce fut le cas à Bryce Canyon ou à Séquoia Park hier, nous faisons la rencontre de la faune locale : des biches et des cerfs hémiones, des écureuils, vraiment pas farouches, l'un d'eux vient même sentir ma main, c'est craquant
! Malheureusement, il est encore un peu tôt pour les ours, et nous n'en verrons pas ici non plus...
C'est en fin d'après-midi que nous quittons le parc pour aller trouver notre étape de la nuit. Encore deux heures de route dans des paysages grandioses, que nous prenons le temps d'apprécier. Des étendues de conifères au lac niché entre des collines verdoyantes... Et le soleil pour sublimer tout ça !

C'est à Oakdale que nous élirons domicile ce soir, la ville ne fait pas rêver mais la propriétaire du motel, très gentille, nous fait une ristourne de près de 10$. Ça n'est pas négligeable, d'autant plus que l'on se rapproche de San Francisco et que les prix remontent de ce fait en flèche.

Napa Valley et retour à San Francisco

Le lendemain, c'est notre dernier jour de road trip. Nous retournons à San Francisco par la route qui longe la baie. Nous nous arrêtons à Calistoga, une charmante petite ville très ensoleillée, vivante, où il règne une douce atmosphère. Là, nous découvrons le château Montelena, dans lequel il est possible de faire des dégustations de vins et de se promener un peu. L'enceinte du château est un véritable havre de paix. Un petit parcours aménagé vous amène le long d'un petit étang surmonté de petits ponts. Il fait très bon, cet endroit est baigné de calme, de sérénité et de la douce odeur des fleurs. Calistoga est aussi connue pour son geyser, sauf que contrairement à Rotorua, il faut ici débourser 18$ par personne pour entrer. Mais nous le verront gratuitement de la route...

Les paysages qui défilent derrière nos fenêtres est, encore une fois, superbe. Après les déserts et les montagnes, nous avons maintenant droit à des plaines vertes s'étendant à perte de vue, digne d'un paysage de Nouvelle-Zélande ! Puis, nous entrons dans la baie et longeons de petits villages de pêcheurs. Il n'y a personne, cela semble presque abandonné.
Nous terminons par la route de côte au Nord de San Francisco. De quoi nous rappeler le commencement de ce road trip, 3 semaines et 3435 miles (5500 km) plus tôt  sur la côte nous menant vers nos premières destinations californiennes... Au détour d'un virage, un coyote traverse devant nous, s'arrête un moment pour nous regarder, puis repart si vite que nous n'avons même pas eu le temps de le prendre en photo. Tant pis, il ira dans notre album de photos mentales ! Enfin, nous empruntons le mythique Golden Gate Bridge, avec en arrière plan, San Francisco scintillant sous le soleil couchant. Nous trouvons une chambre tout près de l'aéroport. L'odeur de cendrier froid dans la chambre, les bruits de la ville et des avions qui décollent... Au moins, on ne regrettera pas de partir demain avec en plus une vision du Golden Gate Bridge encore prisonnier de la brume.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Magali D (vendredi, 01 mai 2015 14:51)

    aie, aie malgré tous ces beaux paysages ça sent la fin du "road trip"!!!!

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!