New York, last days

This is da hood, nigga !!

Dans l'avion qui nous emmène à NYC, nous sommes assis à côté d'une New Yorkaise fort sympathique. Madi s'envole pour la France dans 3 jours. Drôle de coïncidence ! Elle a avec elle un gros Lonely Planet sur la France. C'est intéressant pour nous de le feuilleter et de voir quelles sont les visites conseillées aux voyageurs. Nous consultons les pages sur la Savoie. Et que voit-on dans les bars conseillés sur Chambéry ? O'Cardinals !!! C'est un signe... Il faut rentrer, la terrasse du Cardi nous attend ;-)

Il est plus de 20h lorsque nous atterrissons à NY, épuisés et affamés. Nous n'avons dans le ventre que notre petit déjeuner et les quelques jus de fruits consommés dans l'avion. Encore une bonne heure et demie entre la récupération des bagages, l'airtrain et le métro jusqu'à Brooklyn, où Romain nous a réservé une chambre en airbnb. Le métro est un peu mal famé à cette heure et à cet endroit, mais rien de méchant. Mais alors le must, c'est notre petite marche dans le ghetto de Brooklyn à 22h  : des petits groupes d'armoires à glace black squattent les coins de rue et une odeur d'herbe baigne dans l'air. Nous traversons un quartier résidentiel assez sale et bruyant. Nous commençons à redouter de découvrir l'endroit où nous allons loger... Nous y sommes : 1184 Jefferson Avenue. Nous sonnons. Tapons à la porte. Puis à la fenêtre. Rien. Nous essayons de demander à un jeune dans la rue s'il peut appeler pour nous le numéro de notre correspondant. Il n'a pas de téléphone. Vu l'heure, on se sent mal barrés. Deux filles finissent par ouvrir la porte et nous invitent à entrer. Elles disent ne pas savoir qui est ce Dimitry (notre contact airbnb). Un jeune français arrive alors et nous dit de nous installer pendant qu'il essaie de joindre la personne qui gère les lieux. C'est ainsi que nous découvrons qu'il s'agit d'une auberge de jeunesse. D'abord un peu méfiants, nous comprenons rapidement qu'il ne faudra pas nous fier à l'état des pièces, ni à l'énorme bleu qu'à l'un des jeunes de l'auberge entre les deux yeux...

 "It's our nicest room !" me dit l'ami de Dimitry en me montrant notre chambre. Russe lui aussi, il aide à la gestion de l'auberge. Bien sur, un effort à été fait pour meubler et décorer un peu cette chambre, mais elle n'est pas très propre et plutôt délabrée. Il y a des trous dans les murs, des tuyaux rouillés, des câbles qui sortent d'on ne sait où... Tant pis, on a sûrement vu pire ! Et puis la gentillesse des personnes qui nous ont accueilli nous font passer l'éponge sur l'état des lieux. Installés dans un gros fauteuil gonflable, nous dévorons une pizza devant un épisode de Games of Throne. Et on est bien ! Et pour aller avec le fauteuil gonflable, il y a aussi... un lit gonflable ! Oui, c'est là-dessus que nous dormirons ! Mais c'est assez confortable et, de toute façon, nous sommes tellement épuisés que nous nous endormons sans problème.

Au petit matin, nous sommes réveillés par des bruits, dont un attire particulièrement notre attention, car il nous semble venir directement de notre chambre. Comme un bruit de sachet. Nous nous asseyons dans le lit, plus de bruit. Nous nous rendormons. Quelques minutes plus tard, ça recommence. Je m'assois à nouveau dans le lit. OMG ! Une petite souris est dans la pochette extérieure de mon sac, en train d'essayer d'attraper l'emballage vide du twix que j'ai mangé la veille ! Romain fait un peu de bruit en se levant, et la fait fuir. Bon... "Nicest room" il a dit le monsieur ?...

Un printemps à New-York

Vers 10h, nous décidons de sortir. Nous sommes à peine dans le couloir que je m'aperçois que j'ai oublié mes lunettes de soleil dans la chambre.  J'y retourne rapidement, prends mes lunettes et ressort en hâte, fermant la porte de l'intérieur avec les clefs... à l'intérieur ! Tout se suite, les mots d'un des propriétaires me reviennent : "surtout ne perdrez pas cette clef, je n'en ai qu'une !" Panique à bord. Personne dans l'auberge qui puisse nous aider. En attendant de trouver une solution, nous sortons devant l'auberge. Notre chambre est au rez-de-chaussée. En regardant la fenêtre, j'ai l'espoir qu'elle ne soit pas verrouillée... Il y a une fenêtre avec des barreaux et une fenêtre avec les restes de barreaux qui ont été coupés. La moustiquaire se relève, et miracle : la fenêtre aussi ! Me voilà en train d'entrer dans notre chambre par la fenêtre, espérant qu'on ne me prenne pas pour une cambrioleuse, ici ça pourrait mal se terminer !

Enfin, nous allons pouvoir profiter de notre journée à New York ! Nous entendons dire que c'est le premier vrai beau week end de la saison. Ce qui explique très certainement la foule de gens dans les rues. Incroyable ce contraste entre NY maintenant et NY il y a un peu plus d'un mois ! Nous redécouvrons la ville. C'est un peu oppressant mais l'ambiance est estivale, on sent que les gens revivent après un hiver bien rude. Central Park est "crowded" ! On se croirait à un festival de musique style Musilac en dimension XXXL ! Tout le monde pique nique ou se repose dans l'herbe, en solo, entre amis ou en famille. On improvise un Beach volley à droite, des tournois de base ball à gauche. À l'ombre d'un arbre, assis dans l'herbe avec un sandwich, nous observons la vie New Yorkaise un week end de printemps.

Nous partons ensuite vers Bryant Park, où nous avons rendez-vous avec Jonathan et Mickael, deux New Yorkais rencontrés deux mois plus tôt dans un taxi à Buenos Aires. C'est l'expédition pour s'y rendre, une quinzaine de blocs plus loin. Les rues et les transports sont bondés ! Une fois à Bryant Park, nous pouvons respirer. C'est un tout petit carré de verdure, entouré de terrasses de bars, très prisées en ce week end presque estival, mais cela reste agréable de s'y installer autour d'un verre.


D'une conversation un peu timide au départ, nous sommes, deux heures plus tard, en train de plaisanter autour d'une quatrième bière. Mickael est venu avec sa copine. D'origine russe, elle vit à New York depuis l'enfance et y est devenue médecin neurologue. Petit à petit, deux autres collègues de Jonathan nous rejoignent, tous urgentistes, comme Jonathan. Entourés de pas moins de cinq médecins travaillant dans deux hôpitaux New Yorkais, on ne craint rien ! Nous décidons d'aller dîner tous ensemble dans un resto coréen. Nous passons un très bon moment et la nourriture est délicieuse. C'est aussi l'occasion d'apprendre que Jonathan a des origines coréennes. Cela nous fait donc cinq médecins dont deux coréens, une russe, un indien et un californien d'origine. Il n'y a rien à dire : New York est vraiment cosmopolite !


Chacun ayant des projets pour la suite de la soirée, nous nous séparons devant le restaurant, après un bon après midi et une excellente soirée. Romain et moi partons en balade dans les rues de New York. 21h30 et les rues sont encore très animées. Autour de nous, les lumières des panneaux publicitaires clignotent et nous aveuglent, les gens parlent fort, chantent. Au milieu de tout ça, les sans abri qui dorment recroquevillés dans leur coin.

Nous ne tardons pas trop à rentrer. Notre quartier de Brooklyn aussi est bien animé, mais on ne parle plus de l'animation de Manhattan...! Les "gangs" sont dehors, musique à fond dans les voitures, discussions à très haute voix, déchets de fast food sur les trottoirs...
On peut dire que nous aurons vu les deux facettes de New York ! C'est ainsi que s'achève notre dernière soirée en tant que tour du mondistes ! Certes, le final sur Brooklyn ne fait pas rêver. Mais c'est aussi ça le voyage : un rêve parsemé de réalités...

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Fanny D. (mercredi, 29 avril 2015 19:53)

    Ah, belle conclusion... Ce voyage autour du monde vous aurait-il rendus philosophes??? ;-)

  • #2

    Magali D (vendredi, 01 mai 2015 15:04)

    New York,New York!!!
    Impressionnant aussi le monde dans Central Perk, pardon Park!
    A très bientôt
    ça va arriver vite!

Vous êtes

AmazingCounters.com

à nous avoir rendu visite

Merci !!